Les Conseils départementaux des Yvelines et des Hauts de Seine se sont réunis le 30 juin pour voter le projet de fusion des deux départements. Sans surprise ils l’ont fait à une très large majorité :

Yvelines : 39 pour 2 contre (ce conseil est monocolore à droite)

Hauts de Seine : 37 pour, 8 contre, 1 abstention (ce conseil est très majoritairement à droite, les élus PCF-Front de Gauche et PS ayant voté contre).

Lire mon billet du 22 janvier 2017 sur cette question et la position de la Fédération des Yvelines du P.C.F.

Je rappelle cependant que c’est le gouvernement qui a le dernier mot en application de la loi NOTRE.

Fait nouveau 10 députés des Yvelines récemment élus, membres de LREM –MODEM (1) se sont prononcés collectivement sous la forme du communiqué suivant :

Nous députés LREM-MODEM des Yvelines exprimons des réserves sérieuses quant au projet de fusion des départements des Hauts de Seine et des Yvelines, et ce pour plusieurs raisons :

- les habitants, les élus locaux, et les députés nouvellement élus n’ont pas été consultés sur ce sujet ni associés à cette réflexion

- si cette fusion a pour objectif premier de mutualiser les moyens et services, cela peut être réalisé sous forme coopérative comme ce fut le cas pour le T6

- le vote sur ce projet doit faire l’objet d’un décret gouvernemental pour entrer en application. Il ne relève pas de la compétence des présidents des départements d’acter cette fusion.

Enfin, nous exprimons une vive inquiétude quant à l’avenir des moyens alloués aux territoires ruraux, en particulier du Sud Yvelines, pour résorber les fractures territoriales (libre accès aux soins, mobilité…).

Nous invitons les présidents des deux conseils départementaux à engager cette concertation au plus vite et sommes déterminés à agir dans l’intérêt de nos territoires.

Vos députés LREM-MODEM des circonscriptions 1, 2, 3, 4, 6, 7, 9, 10, 11 et 12

Je relève avec intérêt les « sérieuses réserves » des signataires sur le projet de fusion des 2 départements mais je rappelle aussi les objectifs affichés dans le programme présidentiel de Macron:

Nous inciterons à la suppression des départements dans les zones métropolitaines, en faisant reprendre par les métropoles les compétences actuellement exercées par les départements. Cette simplification permettra de réduire d’un quart le nombre de départements.

Nous les préserverons dans les zones rurales, où il convient plutôt de développer l’intercommunalité.

Lumi_re__2.jpgOn comprend mieux la position des nouveaux députés des Yvelines quand on sait que l’objectif de Macron est de faire disparaître les départements de la petite couronne, Hauts de Seine, Val de Marne et Seine Saint Denis, en les dissolvant dans la Métropole du Grand Paris. Et notre département des Yvelines n’en fait pas partie au même titre d’ailleurs que les autres départements de la grande couronne, Essonne, Val d’Oise et Seine et Marne. Il y a manifestement télescopage entre les deux projets de fusion. Les députés LREM-MODEM se gardent bien de le préciser.

C’est en tout cas une pierre dans le jardin de Bédier et Devedjian qui dirigent les 2 conseils départementaux. Ils déploient beaucoup d’efforts pour faire aboutir un projet de fusion irrationnel et antidémocratique. Que ne déploient-ils pas plutôt ces efforts en faveur de l'action sociale, une des principales missions des départements ! Quand à Mme Gorguès et M. Fournier, les 2 conseillers départementaux de notre canton on attend toujours qu'ils nous informent à défaut de nous consulter !

d_partements_IDF.JPG

(1) les candidats LREM-MODEM ont remporté 11 des 12 circonscriptions des Yvelines (8 LREM et 3 MODEM), la douzième échouant à un candidat LR