Jean-Claude Merle (ancien) Conseiller municipal P.C.F. de Marly-le-Roi, 1 square de Monte Cristo 78160 Marly-le-Roi, 01 39 16 15 15, 06 77 92 38 60, jean-claude.merle@orange.fr

Etre Rom en Europe et en France

Rom1.JPG

Rom_2.JPG

 

Les familles Roms nous invitent

Roms_Yvelines_2_juin_2013.JPG

skin_fetcha.jpg

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent !

Durant quelques jours encore on peut visionner un reportage d'Envoyé Spécial sur le camp de Roms de Triel dont je vous ai parlé début novembre.

Cela s'appelle "une vie de Rom". Vous pouvez voir cette vidéo ici.

 

Retour sur une vraie-fausse descente de police

L'Humanité du 8 novembre publie sur une page un article très documenté de Marie Barbier sur l'agression subie par le campement de Roms de Triel, agression dont je vous ai parlé dans mon billet du 2 novembre intitulé "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?".

Je vous engage à lire cet article de Marie Barbier, Il est édifiant. Cliquez!

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Vendredi 29 octobre j’ai assisté à la conférence de presse organisée par le Collectif de soutien aux familles Roms de la Plaine de Triel-Chanteloup ou plus simplement ROMYVELINES Cette conférence s’est tenue sur le site de l’agression dont a été victime un campement de Roms à Triel dans la nuit du 27 au 28 octobre.

En m’approchant du campement il me revenait en mémoire le poème d’Aragon chanté par Léo Ferré : « L’étrangère » et le refrain d’une autre chanson de Léo Ferré : « Les Tziganes ». Mais la réalité est moins poétique. Imaginez quelques dizaines de caravanes dont beaucoup sont probablement brinquebalantes hébergeant dans des conditions précaires (pas d’eau, pas d’électricité, pas de service communal des ordures ménagères) vingt-huit familles soit une centaine de personnes dont de nombreux enfants. Imaginez une sorte de rue constituée de part et d’autre par les dites caravanes et à l’issue de cette rue une grande place construite de la même manière. Et sur cette place deux caravanes raboutées qui font office d’église du village.

C’est d'ailleurs sur cette place que s’est tenue la conférence de presse. En annexe vous trouverez le communiqué de ROMYVELINES et celui de la Fédération des Yvelines du P.C.F. de même que la lettre à la Préfète des Yvelines de Clément Ortega-Pelletier, Conseiller régional.

_cid_policier68.jpgJ’ajoute quelques précisions prises au vol durant la conférence de presse. C’est vers 2 H 30 du matin qu’un véhicule muni d’un gyrophare a fait irruption dans le campement. Quatre agresseurs armés, accoutrés en policiers ont surgi, se sont introduits dans plusieurs caravanes, au besoin en en défonçant la porte, et y ont fait régner la terreur durant une demi-heure, forçant une femme à se déshabiller, s’en prenant à une personne handicapée, réclamant et confisquant les « papiers » si précieux pour cette population et s’enfuyant leur forfait accompli. Laissant une population terrorisée qui a cru un temps avoir à faire à la Police Nationale.

Quand est-ce que la police, la vraie, est intervenue ? Après que les victimes l’aient alertée ? Non, les victimes, malgré leurs appels, n’ont rien vu venir. Il a fallu que les membres du Comité de soutien, à leur tour alertés, parlementent avec les services de police pour qu’enfin ceux-ci se déplacent !

Est-ce ainsi que les hommes vivent !

.

.

.

Le Comité ROMYVELINES est constitué de plusieurs associations :

- Association pour la scolarisation des enfants du voyage (ASEV)

- Attac 78 Nord

- Droit au Logement (DAL)

- Ligue des Droits de l’Homme (LDH)

- Union Française des Associations Tziganes (UFAT)

- Réseau Education Sans Frontières (RESF)

romyvelines.over-blog.com/

 

Les roms et Flaubert

arton11881-62860.jpgPatrick Alexanian, Conseiller général des Hauts de Seine, publie sur son blog (http://patrickalexanian.typepad.fr) l'extrait suivant d'une lettre de Flaubert à George Sand. L'Humanité Dimanche (23 au 29 septembre) reproduit également ce texte. Prenez quelques secondes pour le lire..et quelques minutes pour le méditer. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil !

« Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j’en vois. Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sols. Et j’ai entendu de jolis mots à la Prudhomme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre. C’est la haine qu’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au solitaire, au poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton. »

Correspondance de Gustave Flaubert -

lettre à George Sand, 12 juin 1867 -

éd. de la Pléiade - tome 5, pp. 653-654.