Jean-Claude Merle (ancien) Conseiller municipal P.C.F. de Marly-le-Roi, 1 square de Monte Cristo 78160 Marly-le-Roi, 01 39 16 15 15, 06 77 92 38 60, jean-claude.merle@orange.fr

Invraisemblable espionnage des salariés à l'ORPEA

arton9586-8561b.jpgMEDIAPART publie un dossier édifiant sur les méthodes d'espionnage du personnel au sein du groupe ORPEA dont je rappelle qu'il s'agit du groupe propriétaire de l'Etablissement Hospitalier pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) "Résidence La Fontaine" aux Grandes Terres. Le terrain (ancienne école primaire Ramon devenue ensuite Maison des Associations) lui avait été vendu par la municipalité UMP en 2005.

Pour prix de son silence ou plutôt pour l'abandon de sa plainte l'ORPEA aurait proposé à la CGT un "deal" à 4 000 000 €, laquelle CGT aurait refusé. On va donc en reparler.

Je vous conseille de prendre quelques minutes pour lire ce dossier. Je vous avertis, vous serez effarés!

Cliquer ici

 

J’ai eu honte !

24_rue_Mansart.JPGJe suis allé tout à l’heure assister à la vente aux enchères à la bougie de notre propriété communale du 24 rue Mansart.

Le montant de la vente avait été aventureusement affiché en recette à 850 000 € dans le budget communal voté il y a quelques jours.

Le montant minimum, en deça duquel la vente aux enchères aurait été annulée, était fixé à 750 000 €.

En réalité il n’y a eu qu’un seul enchérisseur pour le prix de 760 000 € .

J’ai eu, comment dire, un moment le coeur serré, quand j’ai vu cette propriété quitter le patrimoine communal. Notre municipalité d’Union de la Gauche avait réservé cette propriété pour une extension ultérieure du foyer-logement pour personnes âgées contigu. Après réflexion nous nous étions limités à la construction d’une quarantaine de studios qui correspondait aux besoins d’alors, nous réservant d'étendre l'établissement ultérieurement.

Et notre programme des dernières élections municipales, outre son extension y prévoyait aussi l’aménagement d’une salle de restaurant, aujourd’hui indispensable dans ce type d’établissements maintenant appelés « résidences autonomie » .

On le regrettera amèrement plus tard, soyez-en certains.

J’ai eu le cœur serré mais j’ai eu honte aussi quand j’ai entendu quelques habitants du quartier applaudir.

 

ORPEA: toujours sur la sellette

Le journal Le Parisien est revenu ce 26 janvier sur l’affaire des salariés espions à l’ORPEA . Je vous rappelle que cette société possède un établissement à Marly sur le terrain Ramon des Grandes Terres, terrain qui lui a été vendu en 2003 par la municipalité Perrot.

arton9586-8561b.jpgTrois établissements du groupe sont visés dans le Val-de-Marne, dans le Val d'Oise et dans le Rhône. On n'est pas loin de pratiques généralisées. D'ailleurs en 2009 j'avais été informé d'un cas de harcèlement anti-syndical au sein de l'établissement de Marly et j'y avais consacré un billet (cliquer ici).. Les faits relatés n'ont pas connu de suites judiciaires.

Ma conclusion dans le billet précité conserve toute sa pertinence: Je vois une contradiction immorale entre les agissements du groupe de M. Marian (1)et l’objet de son activité sociale : la prise en charge de personnes âgées dépendantes

(1) PDG de l'ORPEA

Lire la suite...

 

ORPEA: les "cibles" du groupe

arton9586-8561b.jpgLe groupe ORPEA est propriétaire de l'Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) à Marly le Roi (Résidence de la Fontaine aux Grandes Terres). Le groupe va bien. Ses résultats boursiers sont excellents. Selon le journal "Le Monde" du 13 octobre la prévision de son chiffre d'affaires 2014 atteindrait près de 2 milliards €. Sous l'apparence lisse de la société et de son PDG J-C Marian, Le Canard Enchaîné de mercredi dernier décèle des méthodes que l'on croyait d'un autre temps envers les militants syndicaux, considérés comme des "cibles".

Je vous en laisse juge:

(cliquez deux fois sur l'image pour l'agrandir)

Canard_Encha_n__du_3_d_cembre_2014.JPG

;

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Je n'ai eu aucun mal à reconnaître les trois espions antisyndicaux dans le dessin de Cabu. Trop fastoche !

Vous pouvez aussi lire un précédent billet sur cette même question. Cliquez ici.

 

Billet sans efforts

Dans la Chronique de Marly-le-Roi j’ai rédigé pour la tribune de l’opposition l’article ci-dessous qui porte sur la décision funeste de la majorité UMP de vendre la maison du 24 rue Mansart. Je vous en ai d’ailleurs déjà parlé il y a quelque temps. La lecture de cet article n’apportera donc rien de plus à ceux d’entre vous qui m’avez déjà lu. C’est en tout cas un billet qui ne m’aura pas demandé beaucoup d’efforts . Voici donc ma tribune:

.

.

Suite à la démission pour raison professionnelle de Stéphanie Belna, je siège de nouveau au Conseil municipal.

24_rue_Mansart.JPGNotre groupe a voté contre la décision de procéder à la vente aux enchères de la maison communale en pierre meulière qui jouxte notre Résidence pour Personnes Agées (RPA-autrement appelée foyer-logement) 24 rue Mansart. Cette décision est à la fois une faute et une erreur.

.

Une faute

Depuis son élection, la majorité a engagé la vente de deux propriétés communales, celle de la Grande rue connue sous le nom d’« ancien cinéma » et celle de la rue Mansart.

Nous sortons d’une campagne électorale, moment privilégié pour dire le choix des candidats sur le sort des propriétés communales. Notre liste a ainsi proposé de:

- « restaurer l’ancien cinéma et y aménager notamment un lieu d’exposition pour les artistes »,

- « agrandir la résidence Mansart et y aménager une salle de restaurant ».

motus_et_bouche_cousue.jpgDe son côté, la liste de M. Perrot est restée silencieuse sur l’avenir de ces propriétés mais, sitôt élue, voici qu’elle procède hâtivement à leur vente !

C’est une faute que de ne pas avoir demandé leur avis aux électeurs.

.

Une erreur

dependance.jpgEn 1987, notre municipalité d’Union de la Gauche, en créant la RPA, a réservé la maison du 24 rue Mansart en vue d’une extension ultérieure de l’établissement. Depuis cette date la population de Marly a vieilli et continue de vieillir. Une loi importante sur « l’adaptation de la société au vieillissement» est actuellement en discussion au parlement. Les travaux préparatoires pointent l’intérêt de « prestations socles», et parmi elles la restauration, dans ces établissements où la moyenne d’âge atteint désormais 82 ans.

On regrettera plus tard cette occasion manquée. Quelle erreur !

Une précipitation inutile

maison___vendre.JPGLes finances de la commune sont-elles à ce point exsangues qu’il faille vendre sans délai une nouvelle partie de notre patrimoine ? Bien sûr que non ! La commune est faiblement endettée à cause justement des cessions de pans entiers de notre patrimoine par les municipalités Perrot. Il n’y a aucune urgence.

J’ai donc proposé à M. Perrot de surseoir à cette décision, de prendre le temps de la réflexion, de consulter, de s’informer et ensuite de délibérer en connaissance de cause. Je n’ai pas été entendu. Je ne me faisais pas beaucoup d’illusions.

J-C Merle

 

Vente aux enchères du 24 rue Mansart, une faute et une erreur !

24_rue_Mansart.JPGDeux points de l’ordre du jour de la réunion du Conseil municipal du 22 septembre font déjà l’objet de billets séparés de ma part: « le prix et la qualité de l’eau à Marly » et la dénomination G. Pompidou attribuée à un square municipal.

En voici un troisième: celui relatif à la propriété communale du 24 rue Mansart.

Une faute

La majorité du Conseil municipal a soutenu la proposition de M. Perrot de vendre aux enchères la maison en pierre meulière, propriété municipale située en contrebas du foyer-logement pour personnes âgées Mansart, 24 rue Mansart (4 voix contre: J. Chesnais, C. Picon, M. Boulay et moi-même).

CartonRouge.jpgJ’ai indiqué que cette décision était d’abord une faute. Nous sortons en effet d’une campagne électorale qui était le moment privilégié pour que les électeurs se prononcent sur l’avenir de notre patrimoine. Or, à l’instar de la procédure engagée en juin dernier en vue de la vente de l’ancien cinéma de la Grande-rue, M. Perrot engage aujourd’hui la vente du 24 rue Mansart alors qu’il n’en a pas pipé mot durant la campagne électorale. Comment qualifier ce procédé bien dans la manière de M. Perrot? C’est se moquer des électeurs.

Je rappelle que le programme de notre liste Marly-à-Venir se prononçait sur cette parcelle en faveur de l’extension du foyer-logement Mansart avec restaurant pour les personnes âgées.

Une erreur

Cette décision du Conseil est aussi une erreur.

J’ai rappelé au Conseil que lors des études préalables à la construction du foyer-logement, dans les années quatre-vingt, notre municipalité d’union de la gauche avait dans un premier temps envisagé la construction d’un foyer logement englobant la totalité de la propriété municipale y compris le 24 rue Mansart. Nous avons ensuite réduit la voilure à une quarantaine de studios en réservant la maison en pierre meulière, dont les locataires de longue date étaient d’ailleurs un couple de personnes âgées, mais aussi pour tenir compte des besoins immédiats en matière de places de foyer-logement.

Nous n’avions d’ailleurs pas prévu non plus une restauration sur place étant donné que nous venions d’ouvrir le foyer-restaurant Fontenelle (à l’époque 80 couverts) qui nous semblait à l’époque remplir suffisamment les besoins.

Mais la situation a évolué :

- La population de Marly poursuit son vieillissement attesté par notre pyramide des âges (1)

- L’âge moyen des résidents des foyers-logements a considérablement augmenté ; il atteint 82 ans dans les 2 200 foyers-logements du pays comprenant au total 110 000 places (2).

arton19826-e5a56.jpgL’important projet de loi sur « l’adaptation de la société au vieillissement » adopté en première lecture par l’Assemblée nationale déclare prendre en compte cette évolution (3). D’ailleurs les foyers-logements devraient s’appeler désormais "résidences autonomie". Les prestations-socles de ces établissements (accès à un service de restauration, de sécurité, d’entretien du linge, d’animation-prévention) seront définies par voie réglementaire.

Je lis que la mission de prévention des résidences autonomie sera soutenue, pour celles qui ne bénéficient pas de forfait soins, par un forfait « autonomie » d’un montant total de 40 000 000 €/an (4).

La décision de la majorité UMP du Conseil municipal nous fait passer à côté de ce mouvement général. Elle prive notre foyer-logement d’une possibilité naturelle d’extension et d’aménagement d’une salle de restaurant sur place.

J’ai demandé à l’assemblée municipale de surseoir à cette funeste décision de vente précipitée de notre propriété municipale. J’ai proposé d’utiliser ce répit d’un an ou deux pour étudier collectivement la situation en tenant compte des conséquences de la loi sur le vieillissement, en visitant d’autres foyers-logements etc. Bref en nous concertant de manière approfondie avant de prendre une décision en connaissance de cause. J’ai manqué de conviction, je n’ai pas été entendu, je n’avais d’ailleurs pas beaucoup d’illusions.

Il n’y avait aucune urgence !

J. Chesnais s’est de son côté interrogé sur le prix de mise à prix de cette vente aux enchères soit 750 000 € alors que l’estimation des domaines s’élève à 950 000 € (avec une marge de négociation de 10%). Réponse du maire : un expert a fixé une valeur plus faible pour tenir compte des travaux qui devront être effectués dans le bâtiment. J’ajoute enfin que si la vente n’atteignait pas ce prix de 750 000 € elle serait annulée.

Question : la commune a-t-elle un urgent besoin du produit de cette vente ? Pas du tout ! Pas plus d’ailleurs que du produit de la vente de l’ancien cinéma (950 000 €, dernière estimation qui nous est connue). Je rappelle que le produit de la vente du terrain communal du Chenil (opération Franco-Suisse), soit 13 200 000 € net, a non seulement permis d’autofinancer la reconstruction du marché mais aussi provoqué la situation de « suréquilibre » de notre budget 2014. Du fait des ventes à répétition de notre patrimoine communal par les municipalités Perrot, la commune est très peu endettée mais, si je puis dire, à quel prix ! Au prix d’une politique de réduction de ses possibilités d’action sociale.

arton10891-caaa9.jpgVous êtes retraité ? Vous avez besoin d’un accueil en maison de retraite médicalisée ? Adressez- vous à la Résidence La Fontaine (groupe ORPEA) aux Grandes Terres à qui la municipalité Perrot a vendu le terrain d’assiette municipal. Vous ne pouvez pas payer 4000 € (quatre mille euros) /mois pour le seul hébergement ? Tant pis, débrouillez-vous !

.

.

(1) à Marly entre 1999 et 2009 le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans est passé de 6% à 10% de la population.

(2) information tirée des travaux préparatoires au projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement

(3) une étude portant sur 71 000 places indique que 63% des résidents relèvent du GIR 6, 14% du GIR 5, 17% du GIR 4, 4% du GIR 3 et 2% du GIR 2 (enquête DREES-EHPA)

(4) Les actions financées seraient notamment les actions de prévention individuelle ou collective visant à maintenir ou à entretenir des facultés sensorielles, motrices et psychiques, et à repérer les difficultés sociales des résidents. Est aussi couverte par cette mesure la promotion des comportements de nature à prévenir la perte d’autonomie : nutrition, mémoire, sommeil, activités physiques, équilibre et prévention des chutes, le lien social, qui jouent un rôle essentiel pour rester en bonne forme physique et psychologique

 

Des barbouzes à l’ORPEA ?

arton9586-8561b.jpgVous avez peut-être lu dans la presse que la société IKEA est fortement soupçonnée d’avoir espionné ses salariés à l’aide d’une officine de renseignements. Un article documenté de L’Expansion.com du 28 mars intitulé « Ces barbouzes qui espionnent les salariés» le confirme. Je vous conseille vivement de lire cet article édifiant. Cliquer ici.

L’Expansion.com désigne l’officine privée employée par IKEA: la société Groupe Synergie Globale (GSG). Cette société recruterait de faux salariés, qu’on appelle des « implants », pour espionner, à l’intérieur des établissements, les salariés et évidemment surtout les syndicalistes.

Ce qui m’a heurté, mais ne m’a pas surpris, c’est que GSG serait également intervenu de la même manière dans des établissements de l’ORPEA. Je vous rappelle que l’ORPEA, est le principal groupe privé qui gère des établissements d’accueil de personnes âgées dépendantes en France. Cette société possède la résidence pour personnes âgées dépendantes La Fontaine à Marly-le-Roi, aux Grandes Terres.

Selon L’Expansion.com, les responsables d’ORPEA démentent formellement ces informations. Mais L’Expansion.com s’est procuré les rapports des fameux « implants » où les « observateurs » de GSG "racontent les faits et gestes des syndicalistes" et « leur approche des cibles, les représentants du personnel CGT ». On y apprend par exemple comment faire « tomber » un syndicat. Ces rapports décrivent aussi l'ambiance et l'état d'esprit des salariés....

C’est bien entendu totalement illégal !

De tels procédés, exécrables, sont-ils de nature à entretenir dans le personnel les relations apaisées et confiantes qui devraient prédominer quand on s’occupe de personnes fragiles ?

J’espère qu’il y aura des suites à cette affaire.

 

Bagnoles, casseroles, personnes âgées c'est du pareil au même !

arton5970-3104f.jpgUne nouvelle tombée ce matin m’a fait sursauter:

La société Foncière Financière et de Participation, (FFP), détenue par la famille PEUGEOT, annonce l’acquisition de 6% du capital du groupe ORPEA pour un montant de 88 000 000 Euros.

Selon l’Agence France Presse, ORPEA est devenu N°1 européen dans le domaine de la dépendance (maisons de retraite, cliniques de soins de suite et psychiatriques) avec plus de 30 000 lits et 364 établissements en France, Espagne, Italie, Belgique et Suisse. Le groupe emploie plus de 20 000 personnes.

Lire la suite...

 

OUF !

finances-billets.jpgChallenges fr. (le Nouvel Observateur) publie la liste des 500 plus grosses fortunes de France. J’ai eu un choc, la fortune de M. Jean-Claude Marian, dirigeant d’ORPEA, a diminué de 14,09% en 2009 ! Chute de la bourse oblige !

Une lecture plus attentive m’a rassuré sur son sort. Il pointe en effet à la 84ème place des plus grosses fortunes de France, le classement de Challenges fr. ne portant d’ailleurs que sur la seule capitalisation boursière. Selon Challenges fr. M. Marian possède 32 % du capital de son groupe.

Quelle est donc la fortune de M. Marian en 2009 ? 372 millions d’€. Ouf ! Cela permet quand même de tenir le coup et de s’assurer une bonne retraite !

 

HARCELEMENT ANTISYNDICAL A L'ORPEA MARLY

L’ORPEA est une des principales sociétés privées à exploiter l’ « or gris » c'est-à-dire les maisons de retraite (1). La cession d’une grande partie du terrain communal Ramon (Grandes Terres) au bénéfice de l’ORPEA a été une grave erreur commise par la municipalité UMP. Lorsque la majorité du Conseil municipal a entériné cette vente en 2003, on était dans le flou en ce qui concerne les prix pratiqués par la future résidence, prix qui se sont révélés nettement plus élevés que ceux avancés lors de la réunion du Conseil.

Lire la suite...

 

LA RUEE VERS L'OR...GRIS !

arton5959-6a3e9.jpgJ’ai sous les yeux les tarifs de la Résidence pour personnes âgées dépendantes La Fontaine aux Grandes Terres.

Cet établissement est la propriété de l’important groupe privé ORPEA. En 2005, la municipalité Perrot avait cédé ce terrain communal à ORPEA pour la somme de 2 415 000 €. Cette vente avait certes contribué au désendettement de la commune mais …à quel prix ! Qui en effet à Marly peut supporter un tel prix de séjour ? Une mince couche de la population seulement.

Lire la suite...