Jean-Claude Merle (ancien) Conseiller municipal P.C.F. de Marly-le-Roi, 1 square de Monte Cristo 78160 Marly-le-Roi, 01 39 16 15 15, 06 77 92 38 60, jean-claude.merle@orange.fr

Lamoura "Aujourd'hui, tout est encore bloqué"

Lamoura325__1_.jpg"Aujourd'hui, tout est encore bloqué", c'est le titre d'un dossier sur notre ancien Village Vacances de Lamoura que, de passage à Chalon-sur-Saône, j'ai lu dans le « Journal de Saône et Loire » du 26 juillet. Chalon-sur-Saône fait d’ailleurs partie des 11 communes + 1 communauté de communes qui ont créé le Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura (SIVVL) et dont Marly-le-Roi fait également partie. Que nous dit l’article en question ? La société EREIG est toujours propriétaire du site mais toujours sous le coup d’une procédure judiciaire sur la forme et non sur le fond de la vente aux enchères qu’elle a emportée, il y a un an, le 24 juillet 2015.

Le « Journal de Saône et Loire » nous indique que 700 000 € de travaux de protection du site auraient été réalisés durant l’hiver. Un gardien entretiendrait les espaces verts…

Je rappelle que le site a été brutalement fermé par le SIVVL en juillet 2014. Il est donc déserté depuis maintenant 2 ans alors que la société EREIG avait indiqué le rouvrir au printemps dernier. On parle maintenant d’une réouverture partielle en novembre prochain. A confirmer…

Quel gâchis !

 

Lamoura, le SIVVL débouté

Ci-dessous une info de l'hebdomadaire "La Voix du Jura" sur la décision prise par le Tribunal de Commerce de Lons le Saunier ce 13 mai. L'info est titrée "Le groupe EREIG est reconnu propriétaire du VVLamoura" tribunal_de_commerce.JPG

 

Lamoura: Acte 19 scène 45

arton10795-ec3c4.jpgJe n'ai évidemment pas compté les multiples actes ou rebondissements de cette déroute.

Faut-il en rire ? Faut-il pleurer ?

Si vous n'êtes pas fatigué de ce feuilleton voici le lien pour vous rendre sur FR3 Franche-Comté. Cliquer ici.

On devrait en savoir plus le 4 mai (je vous entends: de quelle année ?)

 

SIVVLamoura: du rififi ?

Je n'en suis pas vraiment étonné, il y a du rififi entre l'acheteur de notre Village Vacances, la société EREIG et le Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura (SIVVL) comme nous l'apprend FR3 (cliquer ici).

Le journal Le Progrès daté d'hier nous le confirme également (voir ci-dessous).

Je résume, l'acheteur n'a pas payé le syndicat intercommunal !

Il serait heureux que le Conseil municipal de Marly soit informé des derniers déroulements de l'affaire et de leurs conséquences.

A suivre !

Lamoura_pas_pay_.JPG

 

Lamoura: communiqué de la Région Franche-Comté

Accompagner le projet ou agir en justice ? Nous le saurons en décembre...en pleine campagne électorale de la nouvelle Région Bourgogne-Franche Comté.

(cliquer sur le communiqué pour l'agrandir)

Communiqu__R_gion_du_05-10-15.JPG

 

Débrouillez-vous !

Lamoura325__1_.jpgDifficile de s'y retrouver dans l'écheveau de ce qui devient l'affaire Lamoura.

Le Conseil régional de Franche Comté (dans quelques mois de Bourgogne - Franche Comté) s'est réuni hier pour en discuter.

C'est maintenant le Plan Local d'Urbanisme (PLU) du village de Lamoura qui serait en cause. La vocation du site y serait exclusivement touristique ce qui écarterait évidemment une banale opération de promotion immobilière à laquelle pourrait chercher à se livrer l'acheteur. On en saura un peu plus à la fin du mois.

C'est compliqué ? C'est vrai ! Vous voulez en savoir plus ? Débrouillez-vous en vous rendant sur le site de FR3-Franche-Comté où vous y verrez l'interview de la présidente de la Région, Mme Marie-Guitte Dufay.!

Cliquer ici

 

Lamoura, vente annulée ?

C'est ce que suggère cet article du journal Le Progrès ce 12 septembre. Sans commentaires ai-je envie d'ajouter, un rien désabusé. Rien ne nous étonne plus en effet dans cette affaire.... Mais croisons les doigts, une porte de sortie par le haut peut encore s'ouvrir si les communes du SIVVL veulent bien adopter une politique constructive.

(cliquez sur les images pour les agrandir)

VVL_1.JPG

VVL_2.JPG

.

.

.

.

.

.

;

. .

.

.

.

.

.

.

.

Et voici une info FR3 qui va dans le même sens. Je comprends que le notaire fautif n'aurait pas signalé avant la vente aux enchères la possibilité d'une préemption publique.

Cliquer ici

 

European Real Estate Investment Group rachète le VVLamoura

vvl_20enneig_C3_A9_w_256.jpgL’affaire Lamoura aura connu bien des rebondissements.

Ce fut encore le cas hier lors de la vente aux enchères où un seul enchérisseur s’est présenté : Européen Real Estate Investment Group autrement dit EREIG. EREIG l’a donc facilement emporté pour la somme de 2 510 000 €, au prix minimum du règlement de la vente, les représentants de la Région Franche-Comté ne surenchérissant pas. Et pour cause ces derniers avaient le seul mandat de négociation à 1 500 000 € espérant sans doute qu’aucun enchérisseur ne se présenterait.

be60.gifQue se cache-t-il derrière le nom ronflant d’European Real Estate Investment Group ? Une toute petite société, SAS au capital de 10 000 € ayant seulement un an d’existence ! Sise à Arnouville dans le Val d’Oise cette société appartient à une société holding, « Holding Yabas », dont le siège social est également situé dans le Val d’Oise.

Manifestement ce petit groupe qui se présente comme spécialiste de l’immobilier n’a aucune expérience dans le tourisme. Selon le Progrès.fr dans son édition de ce jour, le nouveau directeur du site indique d’ailleurs vouloir se diversifier dans le tourisme et indique que sa société a déjà investi dans « des salles de mariage, de réception, le locatif, l’industriel »….

Attendons d’en savoir un peu plus mais on peut douter des capacités de ce groupe à assumer l’ensemble de la tâche y compris les investissements nécessaires à la remise à niveau du centre de vacances.

Quelle irresponsabilité de la part des municipalités membres du SIVVL d’avoir confié l’avenir de notre Centre de Vacances à cette sorte de loterie que constitue une vente aux enchères !

Il reste encore un nouveau rebondissement possible, la commune de Lamoura disposant d’un droit de préemption durant deux mois. Reste donc la possibilité d’un montage rassemblant Région, Département et Commune (?).

Quant aux communes du SIVVL dont Marly-le-Roi, les voici en principe parvenues à leur objectif : se débarrasser du Village Vacances. Nul doute qu’elles ne communiqueront pas beaucoup sur cette question adoptant la posture du dos rond. Il faut dire que l’impéritie dont elles ont fait preuve depuis plusieurs années n’est pas à inscrire à leur honneur ni à celui de l’intercommunalité !

 

Vente aux enchères de Lamoura, une situation inédite

Lamoura325__1_.jpgLors de la vente aux enchères publiques du 24 juillet il pourrait se produire un évènement inédit et peu glorieux. Une collectivité territoriale, en l’occurrence le Conseil régional de Franche- Comté se présenterait en salle des ventes pour acquérir la propriété immobilière d’une autre collectivité territoriale, en l’occurrence le Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura (SIVVL) ! C’est ce que nous annonce la presse locale.

La présidente du Conseil régional, Mme M-G Dufay en informe le Progrès de Lyon. Le Conseil régional devrait approuver cette démarche le 3 juillet prochain. Mme M-G Dufay regrette au passage qu’il n’y ait pas eu de négociations avec le SIVVL.

Le plan de financement des travaux de remise à niveau du Village Vacances impliquerait la Région pour 50%, le département pour 30% et les communes (locales) et la Communauté de communes pour 20%. Les exploitants seraient la Société d’économie mixte de construction du département de l’Ain (Semcoda) et Touristra Vacances.

Mais du côté du département du Jura, qui a changé de majorité lors des élections de mars dernier, on sent bien peu d’enthousiasme. Et les élections régionales de décembre prochain, dans le cadre d’une région élargie Bourgogne-Franche Comté, ne sont pas de nature à favoriser un examen serein de la situation.

Espérons néanmoins, de nouveau, que cette démarche ira jusqu’au bout, et bien que nous ayons été déçus à maintes reprises par cette sorte de théâtre d’ombres auquel nous assistons depuis des années.

Par définition les communes du SIVVL, dont Marly, ne seront pas impliquées. C’est dommage pour leurs populations concernées par le tourisme social. C’est dommage aussi pour le Village Vacances qui risque ainsi de perdre définitivement un apport important de clientèle. A moins qu’un arrangement soit recherché ?

Toutes ces infos, nous les tirons de la presse locale et pas de la Ville de Marly-le-Roi. Quel visage détestable de l’intercommunalité est ainsi présenté aux citoyens alors que nous devrions à partir du 1er janvier prochain entrer dans une méga intercommunalité de 340 000 habitants. Adieu démocratie !

 

Voulez-vous acheter le Village Vacances de Lamoura ?

Cliquer 2 fois sur l'image pour l'agrandir

vente_aux_ench_res_Lamoura.JPG

 

Notre Village Vacances de Lamoura vendu aux enchères

Lamoura325__1_.jpgCela devient une habitude, après la vente aux enchères, le 1er avril dernier de notre propriété communale du 24 rue Mansart, la presse locale (le Progrès de Lyon, FR3) nous apprend qu’il en ira de même de notre propriété (inter)communale du Village Vacances de Lamoura.

L‘adjudication a lieu le 24 juillet prochain avec une mise à prix à 5 625 000 € « conforme à l’évaluation des domaines ». Si l’enchère la plus élevée ne dépasse pas 2 500 000 € la vente n’a pas lieu.

Voilà où nous aura menés la gestion calamiteuse de cette affaire où les intérêts des usagers comme ceux du personnel ont été méprisés.

 

Toujours Lamoura

Un lecteur me transmet l’information ci-dessous provenant de Troyes. J’y joins l’article de « Ma commune » du 11 décembre ainsi qu’un article, à la fin de ce billet, du Progrès du 4 décembre.

(cliquer sur les images pour les agrandir)

Vous voici informés à travers ces articles de presse.

Je vous invite à lire ou relire (cliquer ici) la déclaration d’Elus Communistes et Républicains de décembre 2011 qui proposait dès cette époque un dispositif dont se rapprochent les dispositions qui se dessinent enfin. A ceci près que nous proposions que les communes membres du Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura (SIVVL) restent impliquées dans la nouvelle structure. Après tout, la responsabilité historique prise par les communes fondatrices y trouverait son compte. Et d’autre part le tourisme social dont souhaitait se dégager une majorité du SIVVL y serait préservé dans chacune de nos communes y compris donc à Marly-le-Roi.

Lire la suite...

 

Lamoura: le SIVVL débouté

Lu dans le Progrès du 29 novembre suite à la décision de la cour d'appel. Retenir que, sauf recours en cassation, les indemnités de licenciement du personnel sont à la charge du Syndicat Intercommunal. Lire aussi à la fin de mon billet relatif à la réunion du Conseil municipal du 24 novembre (cliquer ici)

(cliquer sur le texte de l'article du Progrès pour l'agrandir)

Le_SIVVL_d_bout___1_.JPG

Le_SIVVL_d_bout___2_.JPG

 

VVLamoura: cri de détresse du personnel

Lamoura-cri_de_d_tresse__1_.JPGAprès avoir engagé la vente au privé de notre Village-Vacances de Lamoura et après avoir, première étape, privatisé sa gestion, Marly-le-Roi et les autres communes membres du Syndicat Intercommunal sont empêtrées dans un imbroglio juridique dont le personnel fait les frais et sans doute aussi, nous l'apprendrons bientôt, nos finances communales. Voici un article du Progrès d'hier 17 octobre qui illustre la déplorable situation dans laquelle se trouve une partie du personnel (cliquer sur le texte pour l'agrandir).

Lamoura-cri_de_d_tresse__2_.JPG

 

Lamoura: politique de la chaise vide

Ci-dessous un article de La voix du Jura du 28 juillet (les chaises vides...) et aussi de l'Est Eclair du même jour qui confirme que les chaises vides risquent de nous coûter cher !

chaises_vides.JPG

_cid_58A6FE0C-4205-4FC7-9B31-66AA3636D83A_home.jpg

Voici également un reportage de FR3: cliquer ici

 

Lamoura: communiqué de la CGT du Jura

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Communiqu__CGT_du_22_juillet_2014.JPG

 

Lamoura: fermeture totale dimanche 27 juillet

Je n’ai pas été en mesure de suivre l’actualité du Village Vacances de Lamoura ces dernières semaines mais la lecture ci-dessous de deux articles parus dans le journal local « La voix du Jura » et l'accès à deux reportages de France 3 (cliquer ici) vous éclaireront. Le village ferme donc ses portes dimanche prochain.

Et le personnel ? Et les vacanciers ? Peu importe, l’urgent pour la plupart des communes membres du Syndicat Intercommunal étant de prendre la fuite !

Outre le personnel, les vacanciers mais aussi l’économie régionale, quelles sont les autres victimes dans cette affaire ?

Alors qu’un nombre considérable de français ne prend pas de vacances pour des raisons économiques - Marly-le-Roi n’échappe pas à cette règle - le tourisme social est, depuis le processus de privatisation enclenché par les partisans de la libéralisation tous azimuts, amputé d’un outil important.

Ensuite le principe de l’intercommunalité en prend un coup. A beaucoup d’égards, c’était pourtant depuis plusieurs décennies une réalisation intercommunale exemplaire que le SIVVL réunissant 14 communes de toute la France. L'histoire se conclut piteusement par cette déconfiture affligeante.

Il y a enfin, si je puis dire, une justice immanente car les finances communales ne seront pas épargnées par les conséquences de cette impéritie.

Il y a quelques années les actifs du SIVVLamoura étaient appréciés à 6 000 000 €. Il y a peu un acheteur n’en proposait plus que 1 € symbolique. ! Et les communes continuent à prendre en charge des salaires de fonctionnaires, anciens salariés du Village Vacances qui n’ont pas retrouvé de poste (175 000 € à la charge des contribuables de Marly en 2014). Et il faudra bien continuer (jusqu’à quand ?) à assurer le gardiennage et l’entretien de cette gigantesque friche sociale de près de 400 chambres et de près de 1 000 lits.

(cliquer sur les images pour les agrandir)

la_Voix_du_Jurs_17_juillet_2014.JPG

Voix_du_Jura_21_juillet_2014.JPG

 

Lamoura: si on refaisait tout comme avant ?

Le journal régional Le Progrès de ce jour publie un article révélateur sur la situation "ubuesque" et "kafkaïenne" du Village Vacances de Lamoura. J'ajoute: quelle gabegie !

Quelle lourde, très lourde responsabilité pèse sur les communes telle notre commune de Marly-le-Roi coresponsable de cette situation calamiteuse.

Le tribunal de commerce se prononcera donc vendredi 4 juillet. Sa décision mettra-t-elle les communes propriétaires du Village Vacances face à leurs responsabilités ?

Malheureusement je ne pourrai pas vous en informer immédiatement car je suis précisément absent de Marly comme de mon ordinateur du 4 au 21 juillet. Je vous en informe dès mon retour.

"Si on refaisait tout comme avant" titre le Progrès. Ce n'est pas ce que de nombreux élus communistes et républicains ont proposé (cliquer ici) mais une refondation incluant les communes actuelles du syndicat, communes dont la responsabilité est en quelque sorte historique, associées aux collectivités territoriales locales, intercommunalités, département et région, c'est la solution de bon sens plutôt que la catastrophe.

Voici l'article du Progrès:

Le_Progr_s_02-07-14.JPG

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

. .

.

.

. .

Le scénario peut prêter à sourire. Et il aurait pu inspirer Franz Kafka. Mais il n’enchante pas les anciens employés du Village vacances de Lamoura. Le scénario est le suivant : l’administrateur judiciaire a décidé de résilier le contrat de location-gérance entre Hôtels et Résidences (un privé) et le Syndicat intercommunal (SIVVL) encore propriétaire des lieux. Ce dernier est donc censé reprendre la gestion du site. Ce qui veut dire qu’il serait alors dans l’obligation de proposer en priorité des emplois aux anciens salariés du VVL, actuellement pour la plupart dans l’attente d’un poste de fonctionnaire.

« Une situation ubuesque qui ne connaît aucun équivalent dans le privé ! », selon Stéphane Prévalet, le directeur du Centre de gestion qui tente de reclasser encore vingt-neuf de ces anciens salariés du VVL. Il reprend : « Tout dépend de la décision du Syndicat mais s’il se dirige vers une reprise en régie (N.D.L.R. : Le SIVVL réaffirme dans un communiqué de presse « qu’il n’a ni la volonté, ni la capacité de reprendre une activité sur le site du village vacances de Lamoura »), et crée des postes, ils devront être proposés en priorité aux anciens agents pris en charge depuis février par le Centre de gestion. »

Aujourd’hui, vingt-neuf sur trente-trois n’ont pas retrouvé d’emploi (il y a eu un décès, un départ à la retraite et deux embauches dans les communes de Lajoux et de Saint-Claude).

« Les anciens agents se sont sentis trahis puis démunis quand le SIVVL a stoppé sa gestion du village vacances, reprend Stéphane Prévalet. Alors, les faire retravailler là-bas, ce serait une véritable torture psychologique ! » Ce que confirme l’une d’elles, Nadine Bonjour (lire ci-dessous).

« Certains seraient prêts à y retourner »

Une autre ancienne salariée, toujours dans l’attente de retrouver un poste, apporte un point de vue différent : « Certains seraient prêts à y retourner. Mais tout dépend des conditions. Car si on nous demande de boucher les trous et de revivre le même drame, ce ne serait humainement pas supportable. En revanche, s’il y avait un réel projet et la volonté affichée de nous faire confiance, certains seraient partants. Vu comme on s’est battu pendant trois ans pour ce Village vacances c’est qu’on y était attaché ». Mais cette ex-employée ne se fait pas trop d’illusion : « Ce scénario ne se réalisera pas, car pour les élus du Syndicat, ce serait admettre qu’ils se sont trompés et que nous avions raison depuis le début… »

Le témoignage de Nadine Bonjour:

« C’est un scénario que je ne pouvais pas imaginer ! Pour l’instant, je suis en mission à la mairie de Septmoncel mais si je n’ai pas le choix, j’irai au VVL… Mais ce serait très difficile et certains feraient une déprime, vu ce qu’on nous a fait subir ! »

 

Le Village Vacances de Lamoura ne vaudrait-il plus que 1 € ?

arton5987-94d48.jpgHier 13 juin FR3 Franche Comté (cliquer ici pour voir la vidéo) indique que le tribunal de commerce s'est réuni ce même jour. Il y a été question de la proposition d'un nouveau repreneur de racheter le Village Vacances pour 1 € ! Toujours selon FR3 le Syndicat Intercommunal aurait repoussé cette offre. Enfin le tribunal de commerce a autorisé la poursuite de l'exploitation jusqu'au 4 juillet "pour donner du temps aux discussions". On ne peut pas dire que les meilleures conditions soient créées pour un accueil serein des vacanciers !

 

Village Vacances de Lamoura:quel imbroglio !

Lamoura325__1_.jpgLa funeste décision de privatisation de notre Village Vacances de Lamoura continue de produire ses effets consternants.

En témoigne ci-après le « communiqué des salariés de la société Hôtels et Résidences et leurs représentants », communiqué de ce jour et que je vous invite à lire.

Lire la suite...

 

Lamoura : le Village Vacances en redressement judiciaire !

VVL_en_danger.jpgDans un précédent billet je vous faisais part d’un article de la presse locale qui relatait les prétentions de l’acheteur potentiel de notre Village Vacances de Lamoura, la société GECO, qui réclamerait au Syndicat Intercommunal du Village de Vacances de Lamoura (SIVVL) une somme de plus de 4 000 000 € pour effectuer des travaux. Une paille ! Revendication de nature à remettre évidemment en cause la vente elle-même puisque celle-ci n’est pas encore signée.

Un évènement grave vient de se produire sur lequel voici quelques informations tirées du greffe du tribunal de Lons-le-Saunier.

En relation avec GECO, le SIVVL a mis en location-gérance le Village Vacances auprès de la société HOTELS ET RESIDENCES, Société par actions simplifiée au capital de 100 000 € dont le siège social est d’ailleurs situé à l’adresse du Village Vacances. Et ce du premier décembre 2012 jusqu’au 28 février 2014 (renouvelable par tacite reconduction).

La société HOTELS ET RESIDENCES a été placée en redressement judiciaire le 31 mars 2014 par le tribunal de commerce de Lons le Saunier et mise en observation jusqu’au 28 octobre 2014.

Autant dire que la saison estivale ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices.

69 emplois seraient en jeu !

68838076.gifN’est-ce pas le moment d’en finir avec cette décision calamiteuse de vente au privé, décision qui engage la responsabilité des communes membres du Syndicat ?

Et le moment n’est-il pas venu de mettre en œuvre ce que défendaient les élus communistes et républicains signataires de la déclaration de décembre 2011 ? (voir mon billet précité)

Comme on dit, affaire à suivre!

 

Vente du Village-Vacances de Lamoura, rien n'est encore bouclé!

Ci-après un article édifiant du journal Le Progrès du 10 avril 2014. Cliquez sur les images pour les agrandir. Si vous avez néanmoins des difficultés à les déchiffrer envoyez-moi un message et je vous enverrai ces documents sous un format plus lisible.

Voilà en tout cas où on en est après trois ans de tractations aux rebondissements multiples. La déclaration du 2 décembre 2011 des élus de l'Association Nationale des Elus Communistes et Républicains va peut-être retrouver toute son actualité.

Pour ceux qui ne connaissent pas très bien cette affaire du Syndicat Intercommunal du Village-Vacances de Lamoura (SIVVL) rendez-vous avec mes archives en cliquant ici.

Lamoura-Une_du_Progr_s_du_10-04-14.JPG

Lamoura-Progr_s_du_10-04-14.JPG

Lamoura-Appel_du_2_d_cembre.PNG

 

Lamoura: témoignage indigné

VVL_en_danger.jpgJ'ai reçu le message suivant de Mme Joëlle Diez. Je vous le communique avec son accord. Il témoigne de l'indignation de nombreux usagers du VVL. Devrai-je dire ex usagers ?

Monsieur,

Je suis indignée par le comportement des communes engagées dans la gestion du vvl,

indignée par le mépris affiché à l'égard du personnel du vvl, plongé depuis plus de 2 ans dans l'incertitude de leur situation,

indignée par l'attitude de certaine commune (Longjumeau) qui dès juin 2010 annonçait par l'intermédiaire de son bulletin municipal, la fermeture pure et simple du vvl sans manifestement donner aucune explication à ses habitants,

indignée par le désengagement d' une majorité des communes.

Le vvl était une formidable idée d'intercommunalité et de soutien social aux familles démunies, même si en 2012, il est de plus en plus difficile de faire du social, il y a l'art et la manière de se désengager, ne serait-ce qu'en expliquant clairement la situation aux populations concernées.

La vente à une société privée telle que GECO est un moyen facile pour les communes de récupérer rapidement de l'argent frais en faisant fi de toute humanité. Je soutiens votre action, ainsi que celle des communes opposées à cette solution. Je suis très attachée au vvl, et j'aurais trouvé normal que ce lieu devienne l'une des propriété de la région Franche-Comté, car cette structure est un pilier de l'économie du Jura que j'aime profondément.




Mme Joëlle Diez, ex domiciliée à Longjumeau, et ayant effectué plusieurs séjours au vvl sans bénéficier de tarifs préférentiels !!!!!!! normal!!!!!

Cordialement

 

Lamoura: les inquiétudes du personnel

Le tribunal administaratif n'a pas donné raison aux communes d'Angers, Chalon-sur-Saône et Chauny mais on parle déjà d'un recours en Conseil d'état.

A tous les partisans du Village Vacances, et même aux autres, je conseille ce reportage de FR 3 du 25 mai en cliquant ici

Bien visionner la petite video qui voit les membres du personnel exprimer leurs vives inquiétudes à mon avis largement justifiées.

 

Lamoura: au secours!

Lamoura325__1_.jpgLors de la réunion du Conseil municipal de lundi 21 mai, je suis de nouveau intervenu sur Lamoura. Il s’agissait de prendre acte des contributions de la Ville dans les différents syndicats intercommunaux dans laquelle elle est engagée financièrement soit au total 11 syndicats.

S’agissant du Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura (SIVVL) la situation est la suivante:

- la commune n’enregistre plus les inscriptions,

- les personnes intéressées sont dirigées vers le Village Vacances lui-même (cliquer ici),

- les tarifs dépendant du quotient familial ne sont plus appliqués,les usagers quelles que soient leurs ressources paient donc, s'ils le peuvent, le prix maxi,

- les recettes provenant des inscriptions auprès du Village Vacances n’entrent plus dans le budget municipal; elles viennent dorénavant abonder directement le budget du SIVVL,

- en conséquence le reste à charge pour la commune va être très important en 2012 puisque seules les recettes du début de l’année seront prises en compte.

Dans l’échange M. Verdin, délégué de la Ville dans le Syndicat Intercommunal a informé le Conseil que 3 communes ont effectivement saisi le Tribunal Administratif. Ceci pour contester les conditions de la vente du Village Vacances à la société privée Geco. M. Verdin ne l’a pas précisé mais les 3 communes en question sont probablement Chalon-sur-Saône, Angers et Chauny.

L’affaire n’est donc pas encore bouclée puisque la vente, dont le principe a été certes majoritairement accepté par le Syndicat, n’a pas encore été signée et on se demande quand elle le sera ?

J’imagine le moral des membres du personnel qui, depuis 2 ou 3 ans, vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. A quelle sauce seront-ils mangés ? Eux qui se sont engagés au départ au service du public. Et il faut cependant faire bonne figure auprès des usagers ! Ci-dessous d'ailleurs à titre d'illustration un tract d'avril dernier.

Et enfin, si toutes les communes qui désirent abandonner le Syndicat adoptent la même attitude que celle de la ville de Marly, qu’adviendra-t-il de la clientèle du SIVVL dont elles sont les principales contributrices?

Je résume : tarifs sociaux abandonnés, augmentation considérable du reste à charge pour Marly, Village Vacances mis en danger...

68838076.gifAu secours !

tract_du_personnel_avril_2012.JPG

 

Lamoura. Qui ? Quand ? Comment ?

Le_Progr_s-25_avril_2012.JPG

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Nous sommes plongés dans la campagne électorale mais ce n’est pas une raison, bien au contraire, pour nous désintéresser des questions municipales.

Dans un billet récent je vous informais de la décision grave prise à la majorité par le Comité syndical du Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura (SIVVL) de vendre notre Village Vacances à la société Geco (cliquer ici). On ne savait pas grand-chose de cette société. Je n’en sais pas plus aujourd’hui et je ne suis pas le seul ! J’en veux pour preuve un article publié hier 25 avril par Le Progrès.fr, article illustré par la photo ci-jointe (cliquer sur l'image pour l'agrandir). Vous y constatez que les points d'interrogation y sont nombreux. Qui ? Quand ? Comment ?

Le Progrès.fr a interrogé M. Moheddine Hedri, délégué de la Ville de Chalon-sur-Saône au sein du Comité syndical. M. Moheddine Hedri dénonce le manque d’équité dans les présentations des différents projets devant le Comité syndical. Ce manque d’équité a défavorisé selon lui les projets alternatifs à celui de la vente à la société Geco. Il s’interroge sur l’absence d’information sur le gestionnaire chargé d’exploiter le site, sur le montage financier et sur l’avenir des personnels… Bref, la Ville de Chalon-sur-Saône entend introduire un recours gracieux devant le Tribunal Administratif (recours non suspensif).

Qui sait ? Affaire à suivre...

Vue de l’extérieur cette affaire de la vente du VVL a la société Geco a des aspects assez consternants. On se demande parfois, depuis de nombreux mois et même des années, s’il y a un pilote dans l’avion ! Et cela donne une piètre image de l’intercommunalité alors que le Syndicat Intercommunal du VVL devrait en être au contraire une image modèle.

Une occasion pour rappeler ici l’appel lancé le 2 décembre dernier par de nombreux élus Communistes et Républicains dont Claudia Picon et moi-même.

 

Lamoura: un seul objectif, prendre la fuite!

Lamoura325__1_.jpgLe comité syndical du Syndicat Intercommunal du Village Vacances de Lamoura s’est réuni samedi 24 mars à Sartrouville.

Il avait à choisir entre une solution de vente du VVL à un promoteur privé (GECO) et une récente solution  publique  portée par des collectivités locales du Jura, notamment par la Communauté de communes Saint-Claude - Haut Jura. La presse nous apprend que le Conseil régional de Franche-Comté soutient également cette proposition qui s’appuie sur une importante société d’économie mixte régionale, la SEMCODA.

Le Comité syndical a confirmé majoritairement son accord pour la vente au privé puisque cette fois-ci les représentants de 8 communes ont voté pour, ceux de 3 communes (Angers, Chalon-sur-Saône et Chauny) ont voté contre et les représentants de Longjumeau se sont abstenus.

Les représentants de la Ville de Marly, Messieurs Crosnier et Verdin, sont donc revenus sur leur vote hostile précédent.

M. Verdin en a informé brièvement le Conseil lors de sa réunion du 26 mars. Il a justifié ce nouveau vote par les conditions financières de la transaction devenues selon lui satisfaisantes. Je lui ai demandé pourquoi la proposition publique avait été repoussée. Réponse lapidaire: projet marqué par des considérations électorales et non abouti.

La majorité du Comité syndical s’engage donc dans la voie de la vente du Village à un promoteur privé. C’est une décision dont on imagine qu’elle angoisse les salariés du Village Vacances et qu’elle inquiète fortement les habitants de cette région du Haut Jura qui vivent en partie de l'activité du VVL. Les usagers réguliers du VVL ont évidemment toutes les raisons de s'en émouvoir. Cette décision (qui devrait être confirmée sous 6 mois) contribue à prolonger la période d’incertitude dans laquelle notre Village Vacances est plongé depuis des années.

La position des représentants de la municipalité de Marly ne m’étonne pas. La droite municipale n’avait depuis longtemps qu’un seul objectif: prendre la fuite ! C’est aussi prendre une lourde responsabilité.

 

Nouvelles (encourageantes) du Village Vacances de Lamoura

vvl_20enneig_C3_A9_w_256.jpgDans mon dernier billet du 5 février je confirmai que le projet de vente à une société privée (Sté Geco) de notre Village Vacances de Lamoura était loin d’être bouclé. Et pour cause puisque 2 projets alternatifs sont maintenant sur la table.

C’est ainsi que Francis Lahaut, maire de Saint-Claude et président de la Communauté de communes de Saint-Claude-Haut Jura, Francis Laforge, maire de Lamoura et Raphaël Perrin, maire de Septmoncel ont transmis courant février une proposition commune au Syndicat Intercommunal, proposition qui s’inscrit dans la perspective d’une continuité publique (avec conservation du statut des salariés).

Cette proposition inclut l’ouverture du Syndicat actuel à de nouvelles collectivités territoriales. On pense évidemment aux collectivités initiatrices du projet mais aussi au Conseil général du Jura et à la Région Franche-Comté…

Tous les défenseurs de notre Village-Vacances ne peuvent que se réjouir d’une telle initiative en espérant qu’elle ira jusqu’au bout. C’est le cas des élus qui ont signé, comme Claudia Picon et moi-même, l’appel pour une solution publique.

Il serait étonnant que toutes ces tergiversations, depuis maintenant deux ans, autour de l’avenir de Lamoura, n’aient pas des conséquences négatives sur la gestion et la fréquentation de du Village-Vacances. Certaines communes auraient par exemple, me dit-on, interrompu les réservations…

C’est pourquoi la réunion du Comité syndical du SIVVL qui doit en principe avoir lieu le 24 mars est importante.

Et si le Comité syndical, répondant aux vœux du personnel comme des usagers, se dirige vers cette solution publique, personne ne lui en voudra ! Et si la majorité municipale de Marly revenant sur ses positions antérieures décidait de s’orienter dans cette voie en maintenant la présence de notre commune au sein du Village-Vacances, personne ne lui en voudra non plus !

 

Lamoura: du nouveau !

vvl_20enneig_C3_A9_w_256.jpgCi-après un article du Progrès de Lyon de ce 5 février qui confirme mon billet précéden: Rien n'est encore définitif !

On y apprend que l'affaire de la vente du SIVVLamoura est loin d'être ficelée puisque deux possibilités nouvelles sont offertes dont une, selon le Progrès de Lyon, est une initiative commune au président de la Communauté de communes du Haut Jura Saint Claude, maire de Saint Claude, au maire de Septmoncel, Conseiller général et au maire de Lamoura.

Le moment n'est-il pas venu que toutes les collectivités territoriales se rencontrent (communes membres du Syndicat, Conseil régional de Franche Comté, Conseil général du Jura, Communauté(s) de communes de la région de Lamoura) afin de construire une intercommunalité élargie pour gérer notre Village Vacances?

Beaucoup s'en réjouiraient, les usagers comme les salariés.

Cliquer sur l'image

Le_Progr_s-5_f_vrier.PNG

 

Lamoura: rien n’est encore définitif !

vvl_20enneig_C3_A9_w_256.jpgA la fin de la réunion du Conseil municipal de ce lundi 30 janvier, le maire et M. Gilbert, adjoint au maire ont fourni les informations qui ont conduit nos délégués, le 5 janvier, à voter contre le projet de promesse de vente du VVL (voir ici mon billet sur cette réunion).

Comme nous le savions déjà, la municipalité reste toujours favorable au retrait de la ville du SIVVL. Une majorité du conseil municipal avait d’ailleurs voté en faveur de ce retrait lors de la réunion du Conseil du 15 novembre dernier (cliquer ici).

Pourquoi donc s’être ravisé lors de la réunion du Comité syndical du SIVVL ? La municipalité donne des explications de caractère financier ou commercial. Certaines de ses réserves qu’elle a avancées le 5 janvier seraient d’ailleurs toujours actuelles.

Lire la suite...

- page 1 de 2