Jean-Claude Merle (ancien) Conseiller municipal P.C.F. de Marly-le-Roi, 1 square de Monte Cristo 78160 Marly-le-Roi, 01 39 16 15 15, 06 77 92 38 60, jean-claude.merle@orange.fr

Hôpital de St Germain

Fil des billets - Fil des commentaires

10 juin à Versailles - Union pour la défense de l'hôpital public

10_juin_2016-h_pital.JPG

10_juin_Verso.JPG

 

Groupements Hospitaliers de Territoire: les technocrates à l'ouvrage !

Où serons-nous soignés: à St Germain, à Poissy, aux Mureaux, à Mantes ?

tract_sant_n_dal_R_.JPG

Tract_sant__dal_V_.JPG

 

Médecin de campagne au Cinéma Pandora à Achères

Cliquer sur l'mage pour l'agrandir

M_decin_de_Campagne.JPG

 

Hôpitaux de Poissy, St Germain, Mantes et Meulan-Les Mureaux : la fuite en avant !

arton11749-47640.jpgDans « Le Courrier des Yvelines » du 22 juillet on lit une interview de M. Galy, directeur du Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy-St Germain (CHIPS), qui ne laisse pas de surprendre.

On y apprend qu’à partir du 30 août M. Galy dirigera à la fois le CHIPS et le centre hospitalier de Mantes-la-Jolie. Et pour faire bonne mesure, et éviter en même temps ce qui s’apparenterait à un saute-mouton, le centre hospitalier de Meulan-Les Mureaux serait incorporé ultérieurement à ce groupement.

Lire la suite...

 

Ciné-débat à l'hôpital de Poissy

d_bat_sant__1.JPG

Lire la suite...

 

Tract du Collectif de Défense de l'Hôpital Poissy-St Germain

Cliquer sur le texte pour l'agrandir

CHIPS_2014__1_.JPG

Lire la suite...

 

Pédopsychiatrie au CHI de Poissy-St Germain: communiqué de la CGT

Cliquer deux fois sur le texte pour l'agrandir

P_dopsych.JPG

 

18 janvier: 4 heures pour la santé à Poissy

Retenez dès aujourd'hui cette date: samedi 18 janvier, assises de la santé à Poissy

Cliquer sur les images pour les agrandir

page_1_assises_sant_.JPG

page_2_assises_sant_.JPG

 

Hôpital: changement de directeur, même politique

arton11749-47640.jpgLe directeur du Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy-St Germain (CHIPS) M. Bloch a été remplacé début novembre par M. Galy.

M. Bloch a fait un court séjour de deux ans dans notre hôpital. Son départ a manifestement réjoui les organisations syndicales car les traces de son passage éclair ne sont pas très bonnes pour le personnel. Dans la presse locale (Le Courrier des Yvelines du 9 octobre) il affiche, tel un trophée de chasse, qu’il a abaissé la masse salariale de 0,5% depuis 2010. Et il ajoute : « Etre la cible d’attaques verbales, ce n’est pas agréable, c’est vrai, mais tant que cela ne déborde pas en violences physiques ou que cela ne touche pas la famille » (sic). Quelle ambiance ! Propos de directeur d’hôpital public ? Non ! Propos de directeur de multinationale ? Oui !

arton10891-caaa9.jpg Selon le Courrier des Yvelines, M. Bloch indique que l’Etablissement Hospitalier pour les Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Ropital-Anquetin à St Germain serait remplacé par des logements étudiants. Or, en avril dernier, le Conseil de surveillance du CHIPS a approuvé le projet médical d’établissement. Les maires de Poissy et St Germain ont donné leur accord en tenant compte du fait qu’un "comité de suivi" examinerait ultérieurement le sort des deux EHPAD appartenant au CHIPS : Ropital-Anquetin et Hervieux à Poissy. Le directeur sortant de l’hôpital se moque comme d’une guigne de l’avis du "comité de suivi" et de celui du Conseil de surveillance. Il décide tout seul du sort d’un établissement public d’une quarantaine de lits. Que les personnes âgées s’adressent au secteur privé ! Et payent deux fois plus cher (au moins) que les tarifs actuellement pratiqués par l’établissement public !

M. Galy est maintenant en fonction. Le discours est légèrement différent mais vise les mêmes objectifs.

Comme c’est parfois le cas dans ces milieux, son successeur écorne la gestion de M. Bloch en tenant des propos alarmistes (Le Parisien du 26 novembre) : « L’hôpital traverse une crise financière grave et les caisses sont vides ». Selon ses prévisions, M. Bloch avait indiqué juste avant son départ que « l’équilibre était annoncé pour fin 2014 ». M. Galy déclare « je suis très prudent concernant ces chiffres » et « souhaite connaître avec précision l’état des comptes de l’établissement ». Bonjour les relations entre l’ancien et le nouveau directeur !

Bref, sitôt arrivé M. Galy a lancé un audit financier (pour quel coût ?) dont les conclusions seront rendues, selon Le Parisien, le 13 décembre prochain.

Les audits, on connaît ça au CHIPS puisqu'un audit effectué il y a quelques années avait notamment ouvert la voie à la fermeture des urgences de St Germain. Il s’agit, vous le savez bien, d’un procédé classique fréquemment utilisé pour conforter les intentions de ceux qui le commandent.

Et M. Galy dévoile le but poursuivi puisqu’il évoque la vente de plusieurs bâtiments. N’en doutez-pas, nos deux EHPAD sont visés !

On en parlera samedi 18 janvier lors des assises de la santé 78 auxquelles participe le Collectif de défense du CHIPS. Je vous donnerai plus d’infos dans quelque temps. Vous pouvez dès à présent en savoir plus sur le site du Collectif de défense: cliquer ici.

 

Clinique de St Germain: décès d’une jeune fille après une opération chirurgicale

appel_des_25.jpgVous avez peut-être déjà entendu parler de ce grave accident intervenu au cours d’une opération chirurgicale et qui s’est conclu par le décès d’une jeune fille de 17 ans mercredi 25 septembre.

La jeune fille qui souffrait d’une péritonite avait été opérée la veille par un chirurgien de la Clinique de St Germain à Saint-Germain-en-Laye. Selon la presse, au cours de l’opération, l’aorte de la jeune fille a été perforée à deux reprises et la jeune fille a été transférée le même jour à la Clinique de l’Europe à Port-Marly où elle est décédée le lendemain en dépit d’une nouvelle intervention. La victime aurait d’ailleurs fait un arrêt cardiaque, dans l’ambulance du SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation), durant le trajet entre St Germain et Port-Marly,

Une enquête administrative est diligentée par l’ARS (Agence Régionale de Santé) et de son côté le parquet de Versailles a ouvert une enquête préliminaire.

La Clinique de St Germain a précisé que le chirurgien auteur de la première opération n’était pas un salarié de la Clinique. Ce qui est semble-t-il le cas de l’ensemble des médecins qui exercent dans cette clinique privée et qui le font donc à titre libéral. La Clinique de St Germain dit enfin avoir suspendu le chirurgien incriminé.

Attendons le résultat de ces deux des enquêtes.

be60.gifMais une chose m’a d’emblée frappé. La Clinique privée de St Germain (regroupement des cliniques Louis XIV et Marie-Thérèse) est implantée depuis fin 2009 dans ce qui fut le périmètre de l’hôpital de St Germain-en-Laye. Elle est située à seulement quelques dizaines de mètres de l’entrée des Urgences de l’Hôpital. Pourquoi ne pas y avoir transféré la jeune fille ? La réponse coule de source. Les Urgences de l’hôpital ne sont pas vraiment des Urgences faute d’un service de réanimation. Il s’agit d’un « Centre de Consultations Urgence Adultes (CCUA) » où on se présente muni d’un courrier de son médecin traitant.

Une guéguerre sémantique a eu lieu l’an dernier sur le fait de savoir si les Urgences étaient ou non conservées sur le site de notre hôpital à travers le CCUA. Les Urgences, telles qu'on les entend habituellement, sont bel et bien fermées. La confusion entretenue sur cette question avait un but médiocrement électoraliste.

Les urgences de Poissy sont notoirement saturées. La construction d'un site hospitalier unique est repoussée aux calendes grecques, Le financement d'un nouveau bâtiment des urgences à Poissy est loin d'être assuré. Et, en attendant, le service des Urgences de St Germain est fermé ! Le bon sens et l'intérêt public l'emporteront-ils? Qui parmi les responsables de cette situation calamiteuse acceptera de reconnaître que ce fut une erreur. Il faut rouvrir les Urgences de St Germain !

 

La Cour des comptes s'intéresse (un peu) à l'hôpital de Poissy-St Germain

cour_des_comptes.jpgLe récent rapport de la Cour des comptes sur l’application des lois de financement de la Sécurité sociale a défrayé la Chronique avec sa proposition de désengagement total du financement des dépenses d’optique, les assurances complémentaires et mutuelles étant appelées à le compenser. La Cour des comptes s’écarte une nouvelle fois quelque peu de sa mission – elle incontestable – de contrôle des finances publiques. Depuis quelques années elle s’est inscrite parmi les plus ardents thuriféraires (ceux qui portent l’encens) du dogme ultra libéral.

La Cour s’est également penchée sur les hôpitaux publics et illustre son propos avec la situation de notre Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy-St Germain (CHIPS). En voici d’ailleurs le texte :

arton11749-47640.jpgLe centre hospitalier intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye

Issu de la fusion en 1997 des centres hospitaliers de Poissy et de Saint Germain-en-Laye, le CHIPS a accumulé les déficits d’exploitation et augmenté son endettement, sans parvenir à établir un projet médical permettant de rationaliser son activité. Les divergences sur le devenir des deux sites ont occulté les problématiques les plus importantes pour l’établissement (réorganisation des services, refonte du système d’information et gouvernance).

Si certains projets ont pu aboutir, tels que le regroupement des maternités, de la pédiatrie et des laboratoires, les calendriers de réalisation ont connu des retards importants. De plus, le projet de reconstruction sur un site unique, qui a donné lieu à l’achat d’un terrain à Chambourcy et à la signature d’un marché de conception-réalisation, a été reporté sine die en raison de la fragilité de la situation financière de l’établissement, et de la raréfaction de crédits d’aide à l’investissement du programme hôpital 2012.

Le projet d’établissement adopté en avril 2013 par le conseil de surveillance du CHIPS confirme le fonctionnement en deux sites (celui de Poissy disposant du plateau technique lourd, et celui de Saint Germain étant axé sur l’ambulatoire). En l’absence de fonds propres, les réalisations du projet médical, tant en termes de locaux que d’équipements sont tributaires d’aides à l’investissement, dont le principe et « a fortiori» les montants ne sont pas encore arrêtés.

Cet exposé de la Cour des comptes ne nous apprend pas grand-chose. Il confirme cependant que le financement des travaux envisagés sur les deux sites n’est pas réuni.

arton10891-caaa9.jpgEt pourtant, lors de la réunion dont il est question, en avril 2013, il a bien été acté le fait qu’une partie du patrimoine immobilier du site de St Germain serait vendue tel le pavillon Courtois (ancienne maternité). En revanche les projets de cession des deux EHPAD (Etablissement d’Hébergement des Personnes Agées dépendantes) Ropital-Anquetin à St Germain et Hervieux à Poissy ont été en quelque sorte suspendus. J’y vois là un effet de l’approche des élections municipales. Ce sursis accordé aux deux EHPAD a en effet suffi à E. Lamy (maire UMP de St Germain, membre du Conseil de surveillance) et F. Bernard (maire PS de Poissy et vice-président du Conseil de surveillance) pour approuver le projet d’établissement qui entérine entre autres la fermeture des Urgences du site de St Germain.

Je crains donc qu’il ne s’agisse là que d’un simple sursis et qu’on n’en reparle rapidement après les élections.

La Cour des comptes aurait pu s'inspirer des travaux de l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) en avril 2012. Ce rapport de l'IGAS suggérait de revenir sur les fusions des grands hôpitaux et décrivait les conséquences malheureuses sur le plan économique de la fusion entre St Germain et Poissy. Le rapport gît quelque part au fond d'un tiroir.

 

Conseil de surveillance de l'hôpital: le vote

P1050520Photo_groupe_fin.JPG

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Ce 25 avril nous manifestions notre inquiétude vigilante aux abords du bâtiment où se déroulait la réunion du Conseil de surveillance de l'hôpital. Je vous rappelle que cette importante réunion devait entériner ou non le projet d'établissement et ses conséquences calamiteuses en ce qui concerne notamment le site de St Germain.

A noter que C.Evin, directeur de l'Agence Régionale de Santé, bien que non membre du Conseil de surveillance, s'était déplacé, manifestement pour faire pression.

Le conseil de surveillance comporte 15 membres et j'apprends que seulement 11 d'entre eux étaient présents ce qui est surprenant pour une décision aussi importante et mérite une explication des intéressés. Enfin je ne suis pas vraiment surpris d'apprendre que le projet d'établissement a été adopté à une nette majorité des 11 présents puisque seuls les 2 représentants syndicaux ont pour l'un voté contre (Sud-Santé) et l'autre (CFDT) s'est abstenu.

Le Parisien dans sa livraison d'hier (voir ci-après) indique que les projets de mise en vente des Etablissements d'Hébergement des Personnes Agées Dépendantes de Poissy (Hervieu) et St Germain (Ropital-Anquetin) auraient été retirés du projet. Cela constituerait un recul par rapport au projet initial mais....ce ne serait pas si certain et j'en attends confirmation.

arton23138-23522-846e3.jpgNe comptez pas pour en savoir plus sur le communiqué du conseil de surveillance lui même, c'est un modèle assez indigne de langue de bois. Si cependant cela vous tente vous pouvez le lire en cliquant ici.

Je sais que je ne réponds pas vraiment à vos questions mais c'est faute d'informations. Je vous répondrai dès que j'aurai moi-même les réponses.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Parisien_du_26_avril_2013.JPG

 

Hôpital: le Conseil de surveillance dira-t-il OUI ou NON ?

images.jpg3.jpgDans mon billet du 6 mars intitulé "une moitié de l'hôpital vendue à l'encan", à lire ou relire en cliquant ici pour comprendre l'importance de l'enjeu, j'annonçais une réunion de son Conseil de surveillance le 4 avril. En réalité cette date a été repoussée à JEUDI 25 AVRIL Ci-dessous le communiqué de presse du Collectif de défense qui appelle les usagers à se joindre au personnel devant l'hôpital de Poissy dès 9 heures. J'y serai !

COMMUNIQUE de PRESSE

Le Collectif de défense de l'hôpital public de Poissy St Germain, reçu au mois de juin dernier, par M Bloch, directeur de l'hôpital, regrette de n'avoir pas été tenu informé du projet médical qui sera soumis au conseil de surveillance du 25 avril. L’un des représentants des usagers au sein du conseil de surveillance, dit également, par voie de presse, ne pas avoir été informé.

Le Collectif appelle les élus, les usagers, à réclamer l'ouverture d'un véritable débat public, démocratique, sur les besoins de santé de la population de ce bassin de santé, et, dans l'attente, à se prononcer contre le projet présenté. Le Collectif mobilisé depuis 2 ans et soutenu par plus de 6200 signataires locaux, sera présent aux mobilisations des organisations syndicales du jeudi 25 avril dès 9h à Poissy et appelle les usagers à les rejoindre.



Contact Presse : Freddy Bruneel 06 71 21 44 23

 

Café Repaire: le 13 avril on parle de notre hôpital

TROP_C__EST_TROP_.jpgLa situation de notre hôpital est critique. Son Conseil de Surveillance doit en effet se prononcer le 25 avril sur son projet d'établissement qui prévoit notamment:

- la cession des deux Etablissements d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) Ropital-Anquetin à St Germain et Hervieux à Poissy

- la vente de pans entiers de l'hôpital de St Germain

Le Café Repaire de Marly entend faire le point avec:

Jean-Michel ORSINI

infirmier en psychiatrie

représentant syndical Sud Santé dans le Conseil de surveillance

C'est SAMEDI 13 AVRIL à 17 heures

Café "Le Bistrot de Marly"

Centre Commercial des Grandes Terres

logo.JPG

 

Défense de l'Hôpital de Poissy-St Germain: une nouvelle initiative!

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Bowling_1.JPG

Bowling_3.JPG

 

Hôpital: des maires se mobilisent

Voici le courrier que les maires d'Achères, Carrières-sous-Poissy, Feucherolles, Maurecourt, Triel-sur-Seine et Villennes-sur-Seine ont envoyé à la ministre de la santé le 6 mars.

Avec raison ces maires rappellent les principes fondateurs de la politique de santé publique en France tels qu'ils ont été consignés à la Libération dans le préambule de la Constitution.

Et ils font le lien entre ces grands principes et la situation dégradée de notre hôpital. Ils requièrent ainsi logiquement "la réouverture des urgences sans interruption à Saint-Germain-en-Laye afin de désengorger celles de Poissy".

Dommage de ne pas lire les signatures d'autres maires de communes dont les populations sont pourtant elles aussi affectées par la situation de nos hôpitaux publics de Poissy et Saint-Germain. Je pense notamment à ceux, membres du Conseil de surveillance, qui devront approuver ou non le 4 avril prochain les nouvelles mesures calamiteuses qui se préparent (voir mon billet précédent).

.

.

lettre_maires_du_06-03-13_1.JPG

lettre_des_maires_06-03-13__2_.JPG

 

Une moitié de l’hôpital de St Germain vendue à l’encan ?

arton11749-47640.jpgVous ne me reprocherez certainement pas l’exagération de ce titre quand vous apprendrez ce qui suit.

Une bonne centaine de personnes ont assisté le 22 février à la réunion publique organisée à St Germain-en-Laye par le Collectif de Défense de l’Hôpital public de Poissy-St Germain.

Nous avons appris avec effarement plusieurs projets relatifs à l’hôpital de St Germain, projets dont nous a informés J-M Orsini délégué syndical Sud Santé de l'Hôpital et qui sont depuis confirmés par la presse locale. Les voici :

Lire la suite...

 

Hôpital: Patrick PELLOUX à St Germain vendredi 22 février

Sous ce titre que j'ai voulu un peu accrocheur il y a la nouvelle initiative du Collectif de Défense de l'Hôpital Public de Poissy-St Germain. Le Collectif a en effet appelé à la rescousse Patrick PELLOUX l'infatigable défenseur de l'hôpital public et particulièrement des services d'urgences pour une REUNION PUBLIQUE Vendredi 22 à 20 H 30, salle du Colombier, 146 rue du Pdt Roosevelt à St Germain.

Y participeront également:

Paul CESBRON, Comité national de défense des hôpitaux et maternités de proximité dont fait partie notre Collectif de défense local

Stéphane BARBAS, pédopsychiatre à l'hôpital de Poissy-St Germain (CGT-Santé)

Jean-Michel ORSINI, infirmier en psychiatrie à l'hôpital de Poissy-St Germain (SUD-Santé)

Voilà une occasion pour nous exprimer en faveur de la réouverture des urgences à St Germain 7J/7 et 24H/24!

Pelloux.gif

Cliquer sur les images ci-dessous pour les agrandir:

22_f_vrier_recto.JPG

22_f_vrier_verso.JPG

 

Hôpital, un ersatz d'urgences!

Voici un panneau accroché à l'intérieur de l'Hôpital de St Germain et photographié la semaine dernière.

Après tant de tergiversations ce panneau a au moins le mérite de confirmer que les urgences de St Germain sont bien fermées. Il subsiste certes une sorte d'ersatz d'urgences. Comment qualifier autrement l'accueil de patients "munis d'un courrier de leur médecin traitant"?

Ce dispositif est manifestement destiné à calmer la colère des usagers de l'hôpital public. Je doute qu'il y parvienne.

Environ 5 600 personnes ont d'ores et déjà signé la pétition demandant des urgences ouvertes 24H/24 et 7J/7. Une partie d'entre elles l'ont fait par Internet. Si ce n'est fait, rejoignez les signataires en cliquant ici.

panneau_urgences.JPG

 

Hôpital: lettre du maire d'Achères

images.jpg3.jpgAlain Outreman, maire d'Achères, a écrit aux maires de l'arrondissement de Saint-Germain-en-Laye la lettre suivante. Nul doute qu'une action commune des maires, reflétant l'opinion générale des populations, serait d'un grand poids pour préserver notre hôpital public et rétablir un service d'urgences...normal!

le 5 décembre 2012

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Cher(e) Collègue,

Je suis convaincu que vous êtes tout comme moi interpellés par l’aggravation de la situation du centre intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye. Les urgences sont saturées, les temps d’attente pour une consultation ou une opération s’allongent, le nombre de lits est plus qu’insuffisant, les personnels sont débordés et même accablés par leurs conditions de travail, etc.

Lire la suite...

 

La Clinique de l’Europe est vendue

arton11749-47640.jpgElle a été rachetée par Vivalto Santé, une holding familiale dirigée par M. Caille, ex. dirigeant de la Générale de Santé et, selon le magazine Challenges, 277ème fortune de France en 2011 avec 120 000 000 € (santé, immobilier, actifs en France et au Luxembourg).

Je lis par ailleurs que Vivalto Santé s’appuie sur plusieurs établissements financiers : Crédit Agricole Private Equity, BNP Paribas Développement, Crédit Mutuel Arkéa, Ing Parcom.

Ce groupe qui se développe à la vitesse Grand V, à la suite de premiers achats de cliniques en Bretagne, a des ambitions. Il s’agirait de créer un pôle régional de santé privé. M. Caille déclare au Parisien du 10 décembre qu’il « envisage des acquisitions dans les Yvelines en 2013 ». Il ajoute « nous observons de près la situation dans le Mantois, à Poissy, St Germain-en-Laye mais aussi à Cormeilles-en-Parisis et à Bezons ». A Poissy, la clinique St Louis ? A St Germain-en-Laye la clinique de St Germain ?

Comment ne pas associer la déchéance (programmée) de l’Hôpital de St Germain-en-Laye avec le développement du secteur privé et hautement capitalistique dans notre région.

Et que disent les pouvoirs publics ? M. Caille est optimiste. Toujours dans le Parisien, selon M. Caille, l’Agence Régionale de Santé, serait très favorable à la démarche de Vivalto.

On en reparlera. C'est sûr.

 

Urgences: erreur de communication peut-être, recul certainement !

L__h_pital_aux_urgences_.jpgJe participais hier soir à une réunion de syndicat intercommunal quand j’ai été interpellé par E. Lamy, maire de St Germain, au sujet d’un article paru dans le journal Le Parisien de ce 3 décembre (lire ci-dessous).

Je résume les propos de M. Lamy: l’hôpital de St Germain continuerait à accueillir les patients en urgence se présentant spontanément en semaine entre 9 H 00 et 18 H 00. Ceci sans relever expressément des conditions de fonctionnement du Centre de Consultations Urgences pour Adultes (CCUA), c'est-à-dire sans être passés par leur médecin traitant.

J’ai vérifié cette information sur le site de l’hôpital où la mention relative à la fermeture de l’accueil de la rue d’Ourches a en effet disparu. Et j’ai appelé l’hôpital : c’est confirmé !

« Erreur de communication» de la part de l’hôpital selon M. Lamy ? Je traduis plutôt : « recul » étant donné l’émotion et la colère suscitées par ce dernier coup porté à notre hôpital public.

Hier soir encore plusieurs sites municipaux, à l’instar de la presse locale, annonçaient d’ailleurs toujours la fermeture des urgences de St Germain-en-Laye…

Ce recul n’enlève rien au fonctionnement bancal de nos urgences qui n’accueillent le public qu’en pointillé, ni la nuit, ni le week-end. Et, à part les gogos, qui ne voit qu’il s’agit de reculer pour mieux sauter ?

Au risque de me répéter : les urgences ce doit être 24H/24 et 7J/7. Signez la pétition en cliquant ici.

Cliquer sur la première image pour l'agrandir:

Le_Parisien__1_.JPG

Le_Parisien__2_.JPG

et ci-après la une du Courrier des Yvelines du 24 novembre. Les Urgences c'est fini ? Non elles résistent encore...

Une_du_Courrier_24_novembre.JPG

 

Hôpital toujours

bouteille___la_mer.jpgVoici sans autre commentaire la lettre que j'ai expédiée à Mme Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la santé suite à la fermeture totale des urgences de notre hôpital. A la relecture c'est un peu comme jeter une bouteille à la mer. Mais qui sait ? Et les combats les plus désespérés sont les plus beaux disait (presque) Alfred de Musset (cliquer sur chaque page pour l'agrandir).

page_1_001.jpg

.

page_2_001.jpg

 

Les urgences de l'hôpital de Saint-Germain sont fermées !

Urgences_1_.jpgQuand j’ai rédigé mon précédent billet sur l’hôpital de Saint-Germain j’ignorais une dernière péripétie dans l’histoire calamiteuse du service des urgences de notre hôpital.

Depuis début novembre, l’accueil des urgences de la rue d’Ourches est fermé. Les patients adultes peuvent être dirigés sur prescription par les médecins libéraux vers un « Centre de Consultations Urgences Adultes (CCUA) » ouvert au sein de l'hôpital du lundi au vendredi, de 9 H à 18 H. Ces médecins libéraux pourront y solliciter l’avis d’un médecin spécialiste du Centre Hospitalier.

Le CCUA n’a évidemment d’urgence que le nom ! Ce sont donc les urgences de l’hôpital public de Poissy qui accueilleront toutes les urgences provenant de l’énorme bassin de vie de nos deux hôpitaux (6 à 700 000 habitants). Or les urgences de Poissy sont notoirement saturées.

Les propriétaires des urgences « privées » se frottent les mains.

Qu’en pense la ministre de la santé ? Que conclura-t-elle du rapport de l’IGAS ? Au fond d’un tiroir ?

Je lui écris. Je vous tiens au courant.

 

Hôpital: réunion à Achères jeudi 22 novembre

Urgences_1_.jpgCi-dessous le tract du Collectif de Défense qui invite à une réunion à Achères jeudi 22 novembre.

Il y a quelques semaines j'étais avec quelques amis devant l'Hôpital de St Germain pour faire signer la pétition qui réclame notamment la réouverture des urgences 7j/7 et 24 h/24. En 2 heures nous avons recueilli 182 signatures ! J'ai évalué à 8 personnes sur 10 la proportion de passants signataires et il y avait parfois une file d'attente...pour signer! ! Certes il s'agissait de personnes directement intéressées mais cela montre la très grande préoccupation des usagers de l'hôpital. Qui sont les usagers de l'hôpital ? Ce sont un jour ou l'autre possiblement vous ou moi !

Chacun en convenait: ouvrir les urgences de St Germain en pointillé (ni la nuit, ni le week-end, ni les jours fériés !) et aiguiller les patients vers les urgences saturées de Poissy est une hérésie.

Le combat continue, Signez et faites signer !

Cliquer sur les images pour agrandir

recto.JPG

verso.JPG

 

Hôpital: la question de la "défusion" est posée!

arton1648-6c859.jpgUn important rapport interministériel de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS), établi en mars dernier, vient d’être publié en juillet. L’objet de l’étude est contenu dans le titre du rapport : « Fusions et regroupements hospitaliers: quel bilan pour les quinze dernières années ? » Cliquer ici pour accéder à l’intégralité du document.

Bien que le Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye (CHIPS) ne figurait pas au départ parmi les établissements regroupés qui devaient faire l’objet de l’étude de l’IGAS, celle-ci lui consacre cependant de nombreuses observations tant le CHIPS lui semble probablement emblématique des ratages des fusions d'hôpitaux.

La mission rappelle que « le CHIPS est actuellement l’établissement le plus important de la région parisienne, hors Assistance Publique-Hôpitaux de Paris : il dispose de 1170 lits et places, et compte 4 000 agents dont 400 médecins. Il est issu de la fusion en 1997 de deux centres hospitaliers de taille comparable (entre 750 et 850 lits), celui de St Germain-en-Laye et celui de Poissy… » (p. 38)

Lire la suite...

 

Hôpital: succès de la pétition pour les urgences!

arton1648-6c859.jpgNotre pétition, en quelques jours, a d'ores et déjà reçu plus de 1000 signatures soit en ligne (cliquer ici) soit sur les marchés, soit à la sortie des gares, soit devant l'hôpital.

Ci-après le communiqué diffusé hier à la presse locale (cliquer sur l'image pour l'agrandir).

La direction de l'Hôpital et celle de la clinique St Louis jurent maintenant leurs grands dieux qu'il n'y a jamais eu de tractations entre elles. Voir à ce sujet mon billet récent qui relate les termes courroucés de la lettre commune des maires de Chambourcy, Poissy et St Germain.

Quel sac de noeuds cette affaire ! Ce serait risible si la situation de nos urgences n'était aussi déplorable !

Signez et faites signer !

appel___p_tition-28_f_vrier.PNG

 

Hôpital: quel embrouillamini !

Urgences_1_.jpgEn ce début d’année l’avenir de notre hôpital fait l’objet de manœuvres diverses et variées où on se demande qui l’emporte : le non-dit voire l’enfumage, l’incohérence, la volonté de réduire le périmètre de l'hôpital public ? Sans doute un peu de tout çà à la fois.

Deux infos qui se complètent

J’apprends par le Courrier des Yvelines du 11 janvier que le Centre Hospitalier de Poissy Saint-Germain (CHIPS) vend ses «bijoux de famille ». Il s’agirait du bâtiment de l’ancienne maison de retraite « Bon repos » et d’un ou deux terrains. Le directeur du CHIPS le confirme.

Lire la suite...

 

Urgences 24H/24H ! La pétition.

Signez_la_p_tition__.jpgVoici de nouveau le texte de la pétition avec une adresse e mail corrigée (cliquer sur chaque page).

Vous pouvez également signer directement en ligne en cliquant ici.

p_tition_h_pital-recto.PNG

P_tition_h_pital-Verso.PNG

 

Urgences !

arton1648-6c859.jpg Voici un article édifiant publié par le Courrier des Yvelines du 18 janvier (cliquer 2 fois sur l'image).

Et voici en contrepoint qui tombe à pic le texte d'une pétition du "Collectif de Défense de l'Hôpital de Poissy-St Germain", pétition que j'ai signée et que je vous invite à signer et à faire signer.

Cette pétition sera bientôt disponible sur Internet mais vous pouvez sans attendre la signer en envoyant un message à

defensehopitalpoissystgermain@gmail.com

ou si vous le préférez à mon adresse perso (jean-claude.merle@orange.fr). Je transmettrai.

Une pétition dont on va entendre parler!

Urgences-Courrier_du_18-01-12_001.jpg

image_p_tition.PNG

- page 1 de 2