Jean-Claude Merle (ancien) Conseiller municipal P.C.F. de Marly-le-Roi, 1 square de Monte Cristo 78160 Marly-le-Roi, 01 39 16 15 15, 06 77 92 38 60, jean-claude.merle@orange.fr

Espace Jeunes reprend ses "Boeufs"

Boeuf___Espace_Jeunes.JPG

En demandant à l’association Espace Jeunes de déguerpir de ses locaux, M. Perrot s’était réfugié derrière le pratique « il n’y a pas de vaches sacrées ».

Et voici que l’Association Espace Jeunes résiste et reprend ses « Bœufs ».

Et j’ai indiqué récemment qu’en frappant à la caisse l’Association Espace Jeunes la municipalité avait adopté le peu glorieux procédé du « coup de pied de l’âne ».

Décidément, heureusement que Noël s’éloigne car toute la crèche allait y passer !

vache_en_col_re.JPG

 

Rentrée d'Espace Jeunes

Ci-dessous l'information que vous trouverez sur le site d'Espace Jeunes. C'est triste. On y apprend que, forcée de quitter les lieux (de déguerpir ?), l'association Espace jeunes n'est pas allée bien loin du 16 au 7 de l'avenue J. Béranger.

Sur le site de la Mairie, le Conseiller municipal que je suis découvre que l'administration municipale censée remplacer Espace Jeunes s'appelle "pôle Jeunesse" sous le slogan "Marly se met résolument au rythme de sa jeunesse"...Dérisoire d'autant que le démarrage est manifestement poussif.

Je soutiens l'Association Espace Jeunes.

Inscriptions_2015-2016_Espace_Jeunes.JPG

Et le journal Le Parisien du 6 septembre constate qu'Espace Jeunes fait de la résistance. Cliquer ici

 

DANAKIL: et si les enfants l'entendaient ?

Voici ci-dessous, et mieux présenté, le texte complet de l'appel du groupe DANAKIL.

Il y est fait allusion aux procédés de la municipalité Perrot qui réclamait à l'époque (et aujourd'hui ?) les textes des groupes artistiques avant qu'ils ne se produisent à la Salle des Fêtes. DANAKIL n'avait pas franchi l'obstacle de cette censure et avait dû se replier. Et se replier où ? Dans les locaux d' Espace Jeunes, salle associative !

Il est vrai qu'un couplet de DANAKIL avait de quoi offenser les oreilles de M. Perrot ? Le voici: "J'serai pas le premier, j'serai pas le dernier à critiquer la société...Je vais virer le MEDEF à grands coups de pieds dans les fesses !". Comme l'écrivait l'Humanité à l'époque: "et si les enfants l'entendaient ?"

DANAKIL le dit avec lucidité: "la gestion municipale d'un tel lieu ne pourrait jamais se faire de façon indépendante et non partisane".

Danakil.JPG

 

DANAKIL soutient Espace Jeunes samedi 4 juillet

Voici l'info que le site "Côté Yvelines" diffusait hier.

(cliquer sur les images pour les agrandir)

Danakil_1.JPG

Danakil_2.JPG

 

Communiqué de l'Association Espace Jeunes

logo_EJ.JPGReprise des activités de l'association par la Ville, les choses se précisent … Le mot municipalisation a été enfin prononcé et acté par la Ville qui a fait le choix de gérer en direct les activités mises en œuvre jusqu'à présent par Espace Jeunes et refusé la poursuite d'une gestion en mode associatif pourtant efficace et satisfaisante. Il s'agit bien d'un choix politique. Malgré la mobilisation des administrateurs, adhérents, sympathisants (1350 signataires de la pétition), des articles de presse et lettre adressée à la Ville par notre association partenaire "La Clef" de Saint-Germain-en-Laye, courriers individuels de parents nous n'avons pas réussi à convaincre de la pertinence du modèle associatif.

L'association a donc remis, comme le veut la loi, les contrats de tous les salariés à Monsieur le Maire. "Il faut avancer", dit-il. Pourtant le projet jeunesse n'est toujours pas finalisé et les modalités de reprise des activités sont encore imprécises.



Il nous a été annoncé que les animations de ce "nouveau service jeunesse" devront correspondre aux axes politiques définis par l'équipe municipale majoritaire mais à ce jour aucune information précise n'a été communiquée. Il nous a par exemple été dit que les cours individuels de musique ne relèveraient pas du service jeunesse (?) alors que les temps de pratique collective et les bœufs pédagogiques oui. Comprenne qui pourra...



Que la présence de plus de 25 ans pose problème : notamment au niveau des ateliers musique. Le BIJ serait maintenu mais le peu d'adultes qui fréquente le point CYB (envoyés par les services municipaux) ne serait plus accepté. Recul du lien intergénérationnel et du lien social !



Les inscriptions pour l'année 2015/2016 ne pourront pas se faire au mois de juin par les animateurs d'Espace Jeunes qui restent salariés de l'association jusqu'au 31 août 2015. Les tarifs des ateliers seront désormais établis par la Ville.



Menant nos missions jusqu'à la fin du contrat d'objectifs, l'association prépare activement sa participation à la manifestation Été en Fête de juillet, que nous avons initiée en 2011.



L'assemblée générale du 17 juin sera l'occasion de débattre avec tous les adhérents des conséquences de cette municipalisation, du devenir des activités et d'envisager l'avenir d'Espace Jeunes. Nous sommes en mesure, d'ores et déjà de vous annoncer que l'association va continuer. Nous travaillons sur de nouveaux objectifs.



Enfin, merci aux participants du flashmob du 11 avril, initié par les membres du Conseil d'administration, qui ont ainsi témoigné leur attachement à l'association Espace Jeunes.

 

Espace Jeunes au Conseil municipal

logo_EJ.JPGJe n’ai pas eu le temps de rédiger mon compte-rendu de la réunion du Conseil municipal. Son ordre du jour était copieux (budget, impôts etc.). Je m’en tiens aujourd’hui à la seule et grave question d’Espace Jeunes dont J. Chesnais avait d’ailleurs demandé l’inscription à l’ordre du jour. Pour le reste il vous faudra patienter jusqu’à demain.

D’habitude un maigre public assiste aux réunions du Conseil municipal. Ce n’était pas le cas ce lundi puisque plusieurs dizaines de membres et responsables de l’association Espace Jeunes avaient fait le déplacement espérant en savoir plus sur l’avenir de leur association.

Je le dis tout de suite, nous sommes restés sur notre faim.

J’ai proposé que le Conseil municipal soit interrompu durant un quart d’heure pour permettre aux représentants d’Espace Jeunes de faire connaître leur point de vue et ainsi éclairer l’assemblée municipale. Refus catégorique du maire.

Que retenir des déclarations de M. Perrot ? Pour ma part je n’ai relevé que des bribes d’information surnageant sur de longues péroraisons emberlificotées. Au bout d’un moment on avait envie de crier « crachez le morceau ! ».

Une chose est certaine, le maire a décidé de ne pas renouveler le contrat d’objectif qui lie l’association à la commune. Une telle décision devrait d’ailleurs à mon avis procéder d’un vote du Conseil municipal. Que chacun prenne ses responsabilités !

Nous n’aurons pas avant le mois de juin le compte-rendu intégral de notre réunion du Conseil. Je ne suis pas sténo et vous devrez donc vous contenter de ces bribes d’information telles que je les ai comprises et notées au vol. Les voici reconstituées dans un ordre personnel et assorties de mes commentaires.

Avenir du bâtiment d’Espace Jeunes

M. Perrot a lourdement rappelé que le local est une propriété municipale ce dont personne ne doute.

L’avenir de ce bâtiment, qui mérite d’ailleurs de toute façon une importante rénovation, n’est pas précisé. Je vous ai précédemment indiqué que le projet de 27 logements sociaux, rue de la Briqueterie, en contrebas du bâtiment d’Espace Jeunes, était gelé du fait des difficultés d’accès routier avancées par la municipalité. Est-ce que cela a une relation avec les propos sibyllins du maire sur un éventuel déplacement du lieu d‘accueil des activités jeunesse? On le saura plus tard. Au demeurant la révision en cours du PLU pourrait être un moment privilégié pour en discuter.

Mais la préoccupation immédiate des membres d’Espace Jeunes ne tient pas principalement à l’avenir du bâtiment mais à l’avenir de l’association elle-même comme de ses activités. Je mets donc de côté cette question des locaux…pour l’instant.

Avenir de l’association Espace Jeunes

serrage_de_ceinture.jpgLe maire a indiqué que l’existence de l’association n’était pas en cause. La bonne âme ! Ce n’est pas à M. Perrot de décider de l’existence ou non d’une association mais à ses adhérents ou - comme M. Perrot l’a d’ailleurs évoqué lui-même - à une décision de justice prononçant sa dissolution. Mais, à quoi servirait une association dédiée aux jeunes qui ne disposerait plus de locaux et dont le financement serait réduit à la portion congrue ? Ce serait une coquille vide.

Avenir des salariés

M. Perrot ne pouvait guère dire autre chose qu’« il ne laisserait personne sur le carreau ». Il a d’ailleurs de manière surprenante mis en avant le code du travail pourtant habituellement si décrié à l’UMP.

Critiques envers l’association Espace Jeunes

Se disant l’interprète de certains parents M. Perrot a évoqué évasivement quelques critiques dont certaines avaient d’ailleurs fait précédemment l’objet d’une mise au point de la part de l’association (cliquer ici). Voici celles que j’ai notées au vol assorties de mes commentaires et surtout de mes interrogations (J-C M).

- « certains auraient du mal à accéder à Espace Jeunes » (J-C M : pourquoi ?)

- il faut « clarifier les conditions de la gestion de l’association financée par la ville » et M. Perrot pointe des administrateurs qui seraient des salariés d’EJ, d’où selon lui de potentiels conflits d’intérêt. (J-C M : les responsables d’EJ répondront certainement sur ce point mais qu’ont dit les représentants de la municipalité au sein du Conseil d’administration où ils avaient tout loisir d’émettre cette observation ?)

- d’autres associations, utilisent les locaux d’EJ et de nouvelles associations pourraient les utiliser (J-C M : M. Perrot, dites-nous lesquelles)

- il y aurait des « attentes nouvelles de la jeunesse » (J-C M : M. Perrot dites-nous lesquelles)

- il faut « nourrir un nouveau projet jeunesse » (J-C M : oui mais encore ?),

- il faut « recentrer » et « mieux cibler » (J-CM : etc. etc. etc.)

vache_en_col_re.JPGJ’allais oublier un argument de poids martelé par M. Perrot : « il n’y a pas de vaches sacrées ».

.

.

. . .

Projet jeunesse de M. Perrot

Si M. Perrot n’a pas voulu donner de réponses concrètes aux inquiétudes des membres d’Espace Jeunes, il a néanmoins laissé échapper, je dirais presque malgré lui, quelques mobiles sous-jacents significatifs.

J’ai noté le « lien entre jeunesse et entreprise ». Je croyais jusqu’à présent que c’était une des fonctions des lycées professionnels et techniques, des IUT et autres écoles d’ingénieurs, bref de l’Education Nationale.

Il a pointé le « civisme et le respect des autres ». Quoi ! L’association Espace Jeunes ne se préoccuperait actuellement ni de « civisme », ni de « respect des autres » !

Me répondant sur un autre sujet, le maire a évoqué le Komintern. Eh bien, référence historique pour référence historique, dans ce projet pour la jeunesse tel que l'a dessiné M. Perrot, j’ai personnellement entendu comme un petit relent de « Maréchal nous voilà ! ». Nous sommes quittes.

NB: la pétition aujourd'hui mardi à 15 H 45 avait d'ores et déjà réuni 1 220 signatures; je vous invite à vous y joindre en cliquant ici.

 

De nouvelles infos à propos d'Espace Jeunes

logo_EJ.JPGVoici de nouvelles infos et des mises au point diffusées par l'association Espace Jeunes. Et ce 19 mars à 12 H 30 déjà 943 signataires de la pétition ! Pour vous y joindre cliquer ici.

EJ1.JPG

EJ2.JPG

 

Pétition et actions pour Espace Jeunes

Cliquer sur les textes pour les agrandir.

Pour signer la pétition cliquer ici !

p_tition_EJ.JPG

soir_es_de_soutien_EJ.JPG

 

Espace Jeunes : au diable la vie associative et l’éducation populaire !

J’ai assisté hier à l’assemblée générale d’Espace Jeunes. Je ne suis pas adhérent de l’association mais l’assemblée générale était ouverte aux sympathisants étant donné la gravité de la situation.

logo_EJ.JPGSalle pleine comme un œuf, peut-être 150 à 200 personnes (selon la police), ce qui illustre l’émotion suscitée par la décision de la municipalité de ne plus subventionner l’association à partir du 1er septembre 2015.

Lorsque j’ai été tenu au courant, il y a quelques jours, des menaces qui pèsent sur l’avenir d’Espace Jeunes, j’ai d’abord été incrédule. Ces menaces se sont malheureusement confirmées ce 11 mars.

J’espérais en savoir plus sur les mobiles de la municipalité puisque les élus municipaux membres du Conseil d’administration d’Espace Jeunes, et notamment Mme Douellou, adjointe au maire chargée de la vie scolaire, de la jeunesse, de l’enfance et des sports (ouf !), étaient présents.

arton23138-23522-846e3.jpgMes espoirs ont été vite déçus puisque nous avons assisté, effarés, à un festival de langue de bois de la part de conseillers municipaux manifestement gênés aux entournures et incapables de donner la moindre justification crédible d’une décision dont on se demandait parfois s’ils en partageaient bien personnellement les mobiles.

A moins que ces mobiles ne soient pas à leurs yeux suffisamment présentables pour être portés à la connaissance du public !

Ces mobiles sont-ils d’abord financiers ? En clair, l’association Espace Jeunes coûte-t-elle si cher à la ville (1) qu’il faille s’en débarrasser dare-dare ? Et la remplacer par une administration municipale ? A vrai dire nous n’avons entendu aucun argument solide allant dans ce sens.

J’ai retenu les mots « transversalité » et même « intercommunalité » mais sans qu’un quelconque contenu leur soit donné. Des mots vides de sens. Nous sommes donc restés sur notre faim.

Brigitte Bouquet, présidente d’Espace Jeunes avait rappelé en début de réunion l’histoire de l’association qui a maintenant plus de 20 ans, souligné que la municipalité est représentée au conseil d’administration, insisté sur le fait qu’il n’y a pas eu de graves désaccords avec les représentants municipaux, bien au contraire. D’où la sidération, selon ses propres termes, qui l'a saisie quand elle a brutalement appris il y a quelques jours que la municipalité avait décidé de supprimer purement et simplement le financement de l’association dès fin août.

De la salle se sont élevées de nombreuses protestations mais aussi des témoignages souvent émouvants attestant l’attachement des jeunes et moins jeunes à Espace Jeunes.

Gérard Constant, ancien Président de la MJC a rappelé que durant la période où Jean Béranger était maire de Marly, jusqu’en 1989, la structure indépendante faisait partie de la Fédération Française des Maisons de Jeunes et de la Culture (FFMJC). En 1989 lorsque la municipalité a basculé, les élus de droite ont voulu en finir avec une structure associative jugée trop indépendante d’où la création de l’association Espace Jeunes, ce qui avait déjà soulevé à l’époque une vague de protestations. Mais Espace Jeunes, sorte de compromis, était restée néanmoins autonome et associative. Gérard Constant a fait la relation entre ce qui s’est passé il y a plus de 20 ans et la brutalité, aujourd’hui, de la décision de municipalisation.

Mon avis est que M. Perrot, enivré par son succès lors des élections municipales dernières, a décidé de franchir une étape dans la voie d’une sorte d’encadrement municipal des jeunes, une sorte de formatage visant, comme l’a dit Brigitte Bouquet, à satisfaire les seuls besoins consuméristes. Au diable la vie associative et l’éducation populaire !

M. Perrot s’en expliquera, je l’espère, devant le Conseil municipal à l’occasion du vote du budget lundi 23 mars.

En attendant, les adhérents d’espace Jeunes n’ont manifestement pas l’intention de laisser faire. Des actions ou pétitions sont prévues. Bien entendu je les relaierai sur mon blog.

(1) voici le montant de la subvention municipale annuelle à Espace Jeunes ces dernières années

2011 : 485 300 €, 2012 : 480 000 €, 2013 : 478 800 €, 2014 :461 000 € et 2015 : 281 513 € (projet de budget municipal) Ce dernier montant, très inférieur à celui de l’année précédente, scelle la volonté de la municipalité de mettre fin à la subvention municipale fin août.

 

Espace Jeunes: le maire ne souhaite pas s'exprimer

Voici un article du Courrier des Yvelines de ce jour. On y apprend que le maire ne souhaite pas s'exprimer...ce qui est très exceptionnel. Cliquer sur les images pour les agrandir.

Espace_Jeunes_11-03-15_p.1.JPG

Espace_Jeunes_11-03-15_p.2.JPG

 

Que se passe-t-il à Espace Jeunes ?

attention__.bmpJe suis Conseiller municipal. Le Conseil municipal s'est réuni le 9 février, il se réunit de nouveau le 23 mars. Mais j'apprends par le communiqué ci-dessous que de graves dispositions sont prises en urgence pour contraindre l'association Espace Jeunes à quitter ses locaux (à déguerpir ?) dès le mois d'août en même temps qu'elle est privée de subvention. Conseiller municipal, j'ignorais tout de cette manœuvre. A quoi sert le Conseil municipal à Marly ?

Cela s'appelle en tout cas une "municipalisation de la politique de la jeunesse". C'est grave.

Je rappelle que l'association Espace Jeunes a pris la suite de la MJC (Maison des Jeunes et de la Culture - Fédération Française des Maisons de Jeunes et de la Culture) au début du mandat de la municipalité de droite de M. Guibert, au début des années 90. La gestion de l'équipement était néanmoins restée associative.

Si M. Perrot souhaitait engager cette municipalisation il devait demander leur avis aux électeurs lors des élections municipales de mars dernier ! A sa manière habituelle, il s'en est bien gardé.

Je reviendrai sur cette affaire dans quelques jours quand nous en saurons un peu plus. L'exposé préparatoire au débat sur le vote du budget municipal n'y fait aucunement allusion mais je vois mal comment M. Perrot peut éviter d'aborder cette question lors de la réunion du Conseil du 23 mars.

Communiqué du conseil d'administration de l'association Espace Jeunes :


La Ville vient d’annoncer oralement la fin du partenariat avec l'association Espace Jeunes.

L’association est contrainte de quitter les locaux fin août 2015 et est privée de toute subvention municipale. Aucun motif n’est clairement évoqué si ce n’est la volonté de prendre le contrôle et de mettre fin au statut associatif qui permet notamment :

souplesse, réactivité, adaptabilité dans la gestion des projets

créativité et expérimentation

participation et implication de bénévoles

enrichissement mutuel au travers des activités

valorisation du collectif dans le respect de l’individu

être acteur et pas seulement utilisateur.

Cette décision est un désaveu vis-à-vis des adhérents, des salariés, des bénévoles et plus généralement des Marlychois qui font vivre cette association.

Voilà 20 ans que l’association donne satisfaction sans aucun reproche.

Venez nombreux à l’AG du mercredi 11 mars à 20h30 dans les locaux de l’Espace Jeunes !