Jean-Claude Merle (ancien) Conseiller municipal P.C.F. de Marly-le-Roi, 1 square de Monte Cristo 78160 Marly-le-Roi, 01 39 16 15 15, 06 77 92 38 60, jean-claude.merle@orange.fr

Blog en vacances

sommeil.jpg

 

arton23190-9bd81-d89e1.jpgE. Macron a prononcé un discours le 17 juillet devant la « convention nationale des territoires » (1) Il avait sans doute l’ambition de convaincre les élus du bienfondé de son programme, celui de la majorité LREM de l’assemblée nationale. Pas sûr qu’il y soit parvenu !

Voici ce que j’en retiens pour l’instant.

.

Moins d’élus locaux

.

E. Macron entend engager une réduction du nombre des élus locaux à l’instar de la réduction du nombre de parlementaires. Ceci car "nos concitoyens ne comprendraient pas un traitement différencié". Je rappelle qu’E. Macron veut réduire d’un tiers le nombre de parlementaires.

CartonRouge.jpgIl a du culot car la réduction du nombre d’élus locaux n’était pas du tout inscrite dans son programme. Quant à l’argument relatif à l’incompréhension de « nos concitoyens devant ce traitement indifférencié », il est tellement inconsistant que je ne veux pas perdre de temps à le combattre.

Environ les trois quarts des 560 000 élus municipaux sont totalement bénévoles. Ils ne perçoivent aucune indemnité. Seuls les maires, les adjoints et le cas échéant les conseillers municipaux dits « délégués » perçoivent des indemnités ainsi que tous les conseillers municipaux dans les villes de plus de 100 000 habitants (2).

La question de fond n’est d’ailleurs pas le coût des indemnités des élus, sauf à vouloir entretenir une polémique populiste. Elle est dans le caractère démocratique de la participation aux affaires publiques de plusieurs centaines de milliers de citoyens bénévoles pour les trois quarts d’entre eux. Quoi ! Des citoyen(ne)s de base veulent se mêler de leurs affaires et sans être rémunéré(e)s ! Quel toupet !

hara_Kiri.JPGLe 24 septembre prochain ont lieu les élections sénatoriales dans la moitié des circonscriptions (dont les Yvelines, j’y reviendrai). Le corps électoral de ce scrutin est constitué de manière écrasante de conseillers municipaux (95%) dont la plupart, toutes tendances confondues, n’ont probablement aucunement l’intention de se faire en quelque sorte hara kiri en votant pour des listes « Les Républicains en Marche ». Ces listes défendront-elles d’ailleurs la proposition de leur chef de file Macron? On verra !

E. Macron pense avoir trouvé la parade pour mieux vendre son projet en précisant sans craindre la contradiction que les élus municipaux seront certes moins nombreux mais mieux indemnisés. Je vois une forme de mépris dans cette proposition de troc.

.

Exonération de 80% des redevables à la taxe d’habitation

.

Après quelques tergiversations du gouvernement, E. Macron confirme que l’exonération par tranches successives sur 3 ans de la taxe d’habitation sera appliquée dès 2018 (3).

J’ai déjà rédigé un billet sur cette question et son éventuelle incidence sur les ressources de contributions directes de Marly-le-Roi (cliquer ici). Je n’y reviens pas !

E. Macron a fourni quelques détails supplémentaires qui illustrent les difficultés techniques de l’opération dont on se demande si elles avaient bien été mesurées lors de l’établissement du programme présidentiel de l’ancien ministre de l’économie.

Il confirme ainsi que la perte de ressources des collectivités sera compensée par l’Etat - à l’euro près disait-il durant la campagne électorale - sans leur faire perdre la liberté de taux ajoute-t-il aujourd’hui. Diable, si cette liberté s’applique à terme aux seuls 20% de contribuables résiduels, bonjour l’augmentation de l’impôt pour cette catégorie ! S’il s’agit de l’ensemble des contribuables je vois mal l’Etat accepter de compenser automatiquement des augmentations de taux décidées unilatéralement par les municipalités. D’ailleurs ne peut-on s’attendre, à titre préventif, à une augmentation des taux dès 2018 ?

J’ai lu quelque part que la compensation en question s’effectuerait non sur la seule base des taux 2018 votés par les Conseils municipaux mais sur la base de taux moyennés incluant quelques années antérieures. Et que faire des évolutions de la matière à laquelle s’applique le taux de la taxe d’habitation, c'est-à-dire aux valeurs locatives,par exemple en cas de construction de nouveaux logements?

calcul_compliqu_.JPGJ’imagine dans les ministères les fonctionnaires s’arrachant les cheveux pour mettre en œuvre cette proposition centrale du programme Macron.

.

.

.

Comment financer cette promesse électorale qui coûtera 8,5 milliards € à l’Etat ?

.

serrage_de_ceinture.jpgE. Macron a annoncé son intention d'ouvrir une "réflexion profonde" jusqu'au "printemps prochain" sur la refonte de la fiscalité dans le but de financer les mesures d’exonération de la taxe d’habitation (8,5 milliards € selon le ministre Darmanin). Il a ainsi évoqué la possibilité d'attribuer "une part d'impôt national" aux communes. Il pourrait s'agir d'une part de CSG (Contribution Sociale Généralisée) ou de CRDS (Contribution au Remboursement de la dette Sociale)

.

13 milliards € à trouver ?

.

Dans son discours du 17 juillet E. Macron a également abordé d’autres questions sur lesquelles je ne m’étends pas aujourd’hui. Il s’agit de la (selon lui) nécessaire réduction des dépenses des collectivités territoriales évaluée à 13 milliards € cumulés jusqu’en 2022. Elle ne viendrait pas dans l’immédiat d’une nouvelle baisse des dotations de l’Etat mais de mesures volontaires décidées par les collectivités elles-mêmes. Il s’agirait en langage macronien d’économies « intelligentes », en réalité - ne vous faites pas d’illusions - de nouvelles mesures de réduction des services publics de proximité. Je rappelle en outre que si 70% des investissements publics sont le fait des collectivités territoriales, seulement 10% de la dette publique est de leur fait.

Enfin le gouvernement va s’attaquer à l’usine à gaz de la « Métropole du Grand Paris » en commençant par convoquer une conférence à l’automne. Bon courage !

.

.

(1) nouveau « machin » réunissant les principales associations d’élus et qui doit désormais se réunir tous les 6 mois .

(2) ces indemnités sont naturellement soumises aux charges sociales et sont imposables sur le revenu. Voir les indemnités à Marly votées lors de la réunion du Conseil municipal du 15 mai 2017 en cliquant ici. Noter que les représentants de la commune au sein de la Communauté d’agglomération perçoivent des indemnités de fonction supplémentaires en fonction de leurs responsabilités dans cette intercommunalité .

(3) d’ores et déjà, au plan national, environ 15% des ménages ne sont ne sont pas redevables de la taxe d’habitation du fait des exonérations et abattements divers

 

Fusion 78-92 votée mais télescopage en vue

Les Conseils départementaux des Yvelines et des Hauts de Seine se sont réunis le 30 juin pour voter le projet de fusion des deux départements. Sans surprise ils l’ont fait à une très large majorité :

Yvelines : 39 pour 2 contre (ce conseil est monocolore à droite)

Hauts de Seine : 37 pour, 8 contre, 1 abstention (ce conseil est très majoritairement à droite, les élus PCF-Front de Gauche et PS ayant voté contre).

Lire mon billet du 22 janvier 2017 sur cette question et la position de la Fédération des Yvelines du P.C.F.

Je rappelle cependant que c’est le gouvernement qui a le dernier mot en application de la loi NOTRE.

Fait nouveau 10 députés des Yvelines récemment élus, membres de LREM –MODEM (1) se sont prononcés collectivement sous la forme du communiqué suivant :

Nous députés LREM-MODEM des Yvelines exprimons des réserves sérieuses quant au projet de fusion des départements des Hauts de Seine et des Yvelines, et ce pour plusieurs raisons :

- les habitants, les élus locaux, et les députés nouvellement élus n’ont pas été consultés sur ce sujet ni associés à cette réflexion

- si cette fusion a pour objectif premier de mutualiser les moyens et services, cela peut être réalisé sous forme coopérative comme ce fut le cas pour le T6

- le vote sur ce projet doit faire l’objet d’un décret gouvernemental pour entrer en application. Il ne relève pas de la compétence des présidents des départements d’acter cette fusion.

Enfin, nous exprimons une vive inquiétude quant à l’avenir des moyens alloués aux territoires ruraux, en particulier du Sud Yvelines, pour résorber les fractures territoriales (libre accès aux soins, mobilité…).

Nous invitons les présidents des deux conseils départementaux à engager cette concertation au plus vite et sommes déterminés à agir dans l’intérêt de nos territoires.

Vos députés LREM-MODEM des circonscriptions 1, 2, 3, 4, 6, 7, 9, 10, 11 et 12

Je relève avec intérêt les « sérieuses réserves » des signataires sur le projet de fusion des 2 départements mais je rappelle aussi les objectifs affichés dans le programme présidentiel de Macron:

Nous inciterons à la suppression des départements dans les zones métropolitaines, en faisant reprendre par les métropoles les compétences actuellement exercées par les départements. Cette simplification permettra de réduire d’un quart le nombre de départements.

Nous les préserverons dans les zones rurales, où il convient plutôt de développer l’intercommunalité.

Lumi_re__2.jpgOn comprend mieux la position des nouveaux députés des Yvelines quand on sait que l’objectif de Macron est de faire disparaître les départements de la petite couronne, Hauts de Seine, Val de Marne et Seine Saint Denis, en les dissolvant dans la Métropole du Grand Paris. Et notre département des Yvelines n’en fait pas partie au même titre d’ailleurs que les autres départements de la grande couronne, Essonne, Val d’Oise et Seine et Marne. Il y a manifestement télescopage entre les deux projets de fusion. Les députés LREM-MODEM se gardent bien de le préciser.

C’est en tout cas une pierre dans le jardin de Bédier et Devedjian qui dirigent les 2 conseils départementaux. Ils déploient beaucoup d’efforts pour faire aboutir un projet de fusion irrationnel et antidémocratique. Que ne déploient-ils pas plutôt ces efforts en faveur de l'action sociale, une des principales missions des départements ! Quand à Mme Gorguès et M. Fournier, les 2 conseillers départementaux de notre canton on attend toujours qu'ils nous informent à défaut de nous consulter !

d_partements_IDF.JPG

(1) les candidats LREM-MODEM ont remporté 11 des 12 circonscriptions des Yvelines (8 LREM et 3 MODEM), la douzième échouant à un candidat LR

 

Montbâti, combien de logements ?

Montb_ti.JPG

Je lis dans le journal municipal que le maire a écrit aux riverains du terrain du Montbâti (chemin des Sablons de la Montagne, le long de la voie SNCF) pour les informer que le promoteur a revu son projet. Le nombre de logements devrait diminuer.

Je me suis déjà inquiété des reculs qu’on pouvait augurer des propos de M. Perrot, tenus le 12 décembre dernier, par rapport aux principes inscrits dans le dossier de révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme), révision pourtant adoptée ce même 12 décembre par le Conseil municipal (cliquer ici).

Mais voici d’abord quelques repères chronologiques sur la destinée de ce terrain du Montbâti (plan ci-dessus):

- début des années 70 : acquisition du terrain par la commune

- 1980: approbation du Plan d’Occupation des Sols (POS), la parcelle de 3 ha est classée en réserve foncière pour « Education Nationale, Jeunesse et Sports »

- 1988 : révision du POS où cette réserve foncière est qualifiée de « Lycée polyvalent, Lycée Technique, équipements pour les jeunes » (1)

- 1993: révision du POS où la parcelle devient zone NA (zone urbanisable à terme)

- 2004: adoption du PLU en lieu et place du précédent POS, le terrain devient une zone N5 (caractère dominant naturel et boisé) en application des prescriptions du Schéma Directeur de l’Ile-de-France(SDRIF) (2)

- 2016: révision du PLU, la réserve foncière est désormais partagée en 3 zones de surfaces à peu près équivalentes :

. zone UL (environ 1 ha), zone dédiée aux équipements et qui accueille d’ailleurs aujourd’hui les activités du poney-club

. zone N (environ 1,1 ha), zone dite naturelle

. zone UD (environ 1 ha), zone dédiée à de l’habitat mixte avec 40% de logements sociaux.

C’est donc sur cette dernière zone que le PLU révisé l’an dernier prescrit la construction de 60 logements dont 40% sociaux nombre que M. Perrot souhaite réduire.

La petite dizaine de riverains directs du site est située allée des Lombards. Ces propriétés sont séparées (protégées ?) de la zone constructible UD par la zone N de 1,1 ha. De quoi se plaint-on ?

J’ignore aujourd’hui quel sera le sort de cette zone N. Cette propriété communale aurait en effet la singularité d’être presque totalement enclavée entre des propriétés privées mis à part le poney-club contigu et les 2 accès au chemin des Sablons de la Montagne. Attendons d’en savoir plus. Je vous tiendrai au courant.

Ce sont sans doute d’étroites considérations électoralistes qui conduisent M. Perrot à vouloir encore réduire la voilure de ce modeste projet sur une des dernières importantes réserves foncières de la commune. La densité prévue y est déjà faible (60 logements sur 1 ha) et elle est même minuscule si on prend en compte les 2 zones (60 logements sur 2,1 ha.). Que sera-t-elle demain ?

Le Conseil municipal des années 70, en approuvant l’acquisition de cette réserve foncière, avait un projet autrement plus ambitieux. On a envie de dire aujourd’hui : tout ça pour ça ! (3).

Avec le groupe Marly-à-Venir J’ai voté en faveur du projet de révision du PLU lorsque la procédure a été lancée en mai 2016 considérant qu’il ouvrait la perspective de construction d’environ 300 logements sociaux sur l'ensemble de la commune en portant leur taux de 12 à 13% des résidences principales à 15 à 16% en…2030. Devrai-je regretter mon vote ? Telle est la question.

.

(1) dommage que cette perspective de lycée technique ouverte par notre municipalité d’Union de la Gauche ait été abandonnée par la suite

(2) en 2004 le SDRIF incluait un plan de la Région Ile-de-France au 1/150 000ème où il fallait de bons yeux pour discerner que le terrain du Montbâti n’était pas promis à l’urbanisation; ce n’est plus le cas aujourd’hui.

(3) au passage noter que la vente du terrain risque d’être fructueuse pour la commune ; ce n’était certainement pas l’objectif spéculatif poursuivi par les élus lors de son acquisition

.

Le terrain du Montbâti, c'est à gauche ou à l'ouest comme vous voudrez.!

UHa_UHb.JPG

 

REUNION DU CONSEIL DU 26 JUIN

En fonction du nombre de points à l’ordre du jour, il y a les « gros conseils » et les « petits conseils ». La réunion d’hier soir entrait plutôt dans la catégorie des « petits conseils » avec un ordre du jour réduit. Voici ce que j’ai retenu.

.

Exploitation du marché couvert

jardin.JPGLe contrat de délégation de service public relatif à la gestion en affermage (1) de notre marché arrivera à échéance en février 2018. Le Conseil municipal a donc décidé ce 26 juin de lancer une nouvelle consultation.

A noter qu’en 2011 trois candidatures avaient été retenues pour concourir mais une seule d’entre elles, la société SOMAREP, avait finalement déposé une offre.

.

Délégation de service public du Cinéma Le Fontenelle

fa_ade_cin_ma.jpgLe contrat de délégation de service public relatif à la gestion en affermage de notre cinéma municipal et dont bénéficie aujourd’hui la société CINEODE, arrive à échéance le 31 août 2018. Le Conseil a donc également décidé le lancement d’une nouvelle consultation.

Le principe d’une délégation de service public avait été adopté en 2013 (voir mon billet du 12 juillet 2013).

.

Compte d’Epargne Temps

Comme beaucoup d’entreprises du secteur privé, les collectivités territoriales ont depuis 2004 la possibilité d’instaurer le dispositif du Compte Epargne Temps.

Après avis favorable du Comité technique paritaire (où sont représentés les syndicats) le Conseil a décidé d’appliquer ce dispositif à Marly-le-Roi sur la base d’un règlement adopté par le Conseil. Ce règlement n’autorise pas la compensation financière des jours épargnés. Susanne Kuntz (Marly-à-Venir), retenue, avait donné pouvoir à Claudia Picon pour s’abstenir en son nom sur cette délibération adoptée donc à l’unanimité (1 abstention).

.

Allée Pierre Nickler

Le square Michel, rue Raoul Filhos, en contrebas de la résidence sociale (ex. sécu) sera réaménagé pour un coût total d’environ 200 000 € TTC. Le Conseil municipal a décidé d’attribuer le nom de Pierre Nickler à l’allée piétonne qui permet d’accéder au parc du Chenil.

histoire_de_marly.JPGPierre Nickler, décédé l’an dernier, a été l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire de notre Ville. Il a notamment été l’auteur d’une très intéressante « Histoire de Marly-le-Roi, présences et forces» (éditions Champflour-1996).

.

.

.

.

.

.

Appel d’offre infructueux pour le marché de denrées alimentaires de la Ville

Cet appel d’offre n’a pas connu des résultats très heureux pour la commune, en tout cas dans l’immédiat.

Le marché qui fait l’objet d’un groupement de commande avec le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) est constitué de 3 lots :

- lot N°1 : approvisionnement en denrées alimentaires et épicerie des restaurants scolaires, des centres de loisirs et du foyer-restaurant Fontenelle (retraités)

- lot N°2 : approvisionnement en denrées alimentaires des crèches (Centre Communal d’Action Sociale – CCAS)

- lot N°3 : pains et viennoiseries

Seul le petit lot N°3 est attribué au bénéfice de la société « La Parisienne de la Baguette » pour une estimation annuelle de 27 649 € TTC. A noter qu’il s’agit de pain issu de l’agriculture biologique.

En revanche les lots N°1 et N°2 sont déclarés infructueux (aucun candidat retenu) et connaissent les sorts suivants :

- lot N°1 :

Les 2 offres proposées sont d’un montant nettement supérieur au montant budgété par la commune,

Une nouvelle procédure est relancée pour un nouveau contrat à partir de février 2018,

En attendant, un avenant au marché initial conclu avec la société NORMAPRO est proposé en vue de prolonger ce marché de 6 mois.

- lot N°2

Ce lot est lui aussi déclaré infructueux car son montant est également nettement supérieur au montant budgété. Le groupement de commandes entre Ville et CCAS n’a donc pas eu l’effet escompté mais cela n’offre pas de difficultés dans l’immédiat car le CCAS peut conserver ses contrats en cours. Les enfants des crèches pourront donc continuer à être nourris. Ouf !

Ce point de l’ordre du jour a fait l’objet d’un débat sur l’avenir de l’approvisionnement « bio » de nos restaurants communaux. J. Chesnais et G. Le Héno, au nom du groupe Marly-à-Venir, ont défendu cette option (2) qui suscite des réserves à droite pour des raisons de coût (J-Y Perrot) ou du fait de son intérêt nutritionnel jugé limité (M.Mennessier).

.

.

.

(1) Il existe deux types principaux de délégation de service public, la « concession » et l’ « affermage ».

L’affermage se distingue notamment de la concession par le fait que les ouvrages nécessaires à l’exploitation de même que les gros travaux d’entretien sont à la charge de la commune moyennant une redevance réglée par le fermier à la commune.

A Marly, l’enlèvement des ordures ménagères fait l’objet d’une concession dont le titulaire est SEPUR. Il en va de même des services publics de l’eau et de l’assainissement tous deux concédés à la LYONNAISE DES EAUX .En revanche le cinéma (CINEODE) et le marché couvert (SOMAREP) font l’objet d’un affermage.

.

(2) Programme de la liste Marly-à-Venir : …privilégier les produits de proximité (développement des circuits courts) et l’alimentation biologique obtenue par des méthodes respectueuses de l’environnement pour l’approvisionnement des restaurants municipaux et des festivités de la ville

 

Non aux ordonnances Macron !

L_Et__recto.JPG

L__t__verso.JPG

 

Quelques mots sur le 2ème tour

l_g_2017_2_me_tour.JPG

Bien entendu les résultats du 2ème tour à Marly (cliquer sur le tableau ci-dessus) n’échappent pas aux tendances exprimées au plan de notre circonscription (cliquer sur le tableau à la fin du billet) comme au plan national.

Faible Participation

arton19666-4cd48.jpg6 036 électeurs se sont présentés dans les bureaux de vote soit moins d’un électeur sur deux avec 49,61% des inscrits(42,64% au plan national). Au 1er tour ils étaient 7 100 votants et 58,35 %. La baisse est de - 1064 votants et - 8,74%.

Le bureau de vote où on a voté le plus est celui de l’Espace Malraux avec 57%. Celui où on a voté le moins est le bureau de vote de l’école Ramon (43,8%).

Qu’ont voulu signifier ce millier de votants manquants du 1er tour ? Comme on l’a souvent entendu depuis dimanche dernier, pour beaucoup d’entre eux probablement, l’affaire avait été réglée lors de la présidentielle. Ce qui confirme le caractère nocif du régime présidentialiste.

On remarquera aussi que dans les 2 bureaux de vote des Grandes Terres le recul de la participation est légèrement supérieur à 10% alors que ce recul n’est que de 5,4 % au bureau de vote Malraux plutôt classé « à droite ». J’y lis, ce qui tombe sous le sens, que l’électorat de gauche a été moins enclin à se déplacer, faute de candidat.

Importance des votes nuls et blancs

arton19983-f52b0.jpgLes votes nuls étaient 16 au 1er tour, ils sont 69 au 2ème tour.

Mais surtout les votes blancs étaient 46 au 1er tour ils deviennent 303 au 2ème.

A noter que le tableau ci-dessus donne une image minimisée de ces votes qui sont comparés au nombre total d’inscrits. Il est plus instructif de les comparer au nombre de votants. Le pourcentage de votes nuls devient ainsi 1,1% et celui des votes blancs 5,4 % (au lieu de 0,57% et 2,49%).

Il est évident que la proportion accrue de votes blancs ou nuls a une signification politique .Le bureau de vote où le nombre cumulé de bulletins blancs et nuls est le plus important est celui de l’école St Exupéry (Grandes Terres) avec 10,7% des votants. Celui où il est le plus faible est celui de la bibliothèque P. Bourdan avec 3,9%.

A la réflexion n’est-il pas temps de modifier le code électoral en mettant en œuvre simultanément deux réformes : d’une part rendre le vote obligatoire et d’autre part inclure les bulletins blancs dans les votes exprimés ?

Votes Lebec/Fournier

En 2012 le candidat UMP M. Lequiller était confronté au 2ème tour à une candidate socialiste (Sandrine Dubos). Il l’avait emporté dans notre 4ème circonscription avec 24 472 voix et 58,07% (4 101 voix et 59,27% dans la seule ville de Marly) . Son successeur M. Fournier (Les Républicains), confronté à la candidate de La République en Marche Mme Lebec, a reculé considérablement dimanche dernier avec 13 625 voix et 38,61% des suffrages exprimés (2 073 voix et 36,60% à Marly).

Le meilleur résultat de Mme Lebec est celui du bureau de vote de l’école St Exupéry avec 68,3% et le plus faible celui du bureau de vote Espace Malraux avec 59,8%. C’est l’inverse évidemment pour M. Fournier. Mme Lebec est d’ailleurs majoritaire dans la totalité des bureaux de vote de notre commune.

be60.gifQuelques mots tirés de la presse sur la nouvelle députée. A 26 ans Mme Lebec a eu le temps d’être successivement UMP (époque Sarkozy), candidate sur une liste centriste aux élections municipales, attachée parlementaire d’un député socialiste (époque Hollande) et enfin, depuis l’an dernier, elle est sous la bannière de Macron. Une certaine aptitude à prendre le train en marche.

2_me_tour_2017_circonscription.JPG

 

"Le Vénérable W" au Pandora Achères

W_V.JPG

Le choc entre le caractère réputé pacifique du bouddhisme et la persécution dont souffre la minorité musulmane en Birmanie.

 

2ème tour législative à Marly

Mon analyse perso mercredi 21

cliquer sur le tableau pour l'agrandir

l_g_2017_2_me_tour.JPG

 

Blanc bonnet et bonnet blanc !

vote_blanc.JPG

On ne choisit pas entre bonnet blanc et blanc bonnet, on vote "blanc" !

 

Quels enseignements, selon moi, tirer des résultats du 1er tour à Marly-le-Roi ? Résultats qui au demeurant se distinguent peu des évolutions relevées dans la circonscription (voir tableau à la fin de ce billet).

Participation

arton19666-4cd48.jpgLa participation à Marly est de 57,84% contre 62,32% en 2012 soit - 4,48%.

Elle reste cependant meilleure que la moyenne nationale (48,71%) soit + 9,13%.

Le bureau de vote (BV) où on a le plus voté est celui de la bibliothèque P. Bourdan avec 65,38%. Celui où on a le moins voté est celui de l’école R. Gilles avec 52,69%.

Je note que le BV P. Bourdan est l’un de ceux où les candidats LR (Les républicains) et LRM (La République en Marche) obtiennent des résultats supérieurs à la moyenne. A l’inverse leurs résultats du BV R. Gilles y sont inférieurs. Conclusion qui n’étonnera personne : l’abstention est supérieure dans l’électorat de gauche.

Votes PCF et LFI (La France Insoumise)

Dans notre commune où les résultats du PCF-Front de Gauche sont habituellement très faibles, ils échappent cette année aux radars avec 42 voix et 0,6% contre 255 voix et 3,44% en 2012.

Où sont passés nos électeurs ? Dans l’abstention certainement mais aussi probablement, dans la foulée de l’élection présidentielle, en faveur de LFI qui obtient 491 voix et 6,98%. Ce résultat de LFI est cependant sensiblement inférieur au résultat de J-L Melenchon à la présidentielle (1 243 voix et 12,40%). Ce qui indique que l’abstention a sévi fortement dans cet électorat décidément désorienté.

LFI obtient son meilleur résultat au BV Ramon (Grandes Terres) avec 13,1% et son plus faible résultat au BV Espace Malraux avec 3%.

Votes EELV

EELV avait obtenu 368 voix et 4,96% en 2012. Le parti écologiste maintient son résultat en pourcentage en obtenant 303 voix et 4,31% en 2017 soit – 65 voix et – 0,65%. Son meilleur résultat est celui du BV Ramon avec 7,3% et le plus faible celui du BV Espace Malraux avec 1,3%.

Votes PS

arton19666-4cd48.jpgEn 2012 le PS avait obtenu 2 240 voix et 30,18%. Il n’obtient plus que 288 voix et 4,09% soit – 1 952 voix et – 26,09%.

Il est clair que ces électeurs manquants, outre les abstentionnistes, sont allés rejoindre ceux qui ont manqué à la droite LR pour soutenir, eux aussi, la candidate LRM (voir ci-dessous). Ces électeurs manifestent ainsi un rapprochement idéologique avec les orientations libérales et technocratiques du Président de la République à quoi s’ajoute le réflexe légitimiste créé par la proximité entre les élections présidentielle et législative. Sur ce dernier point c’est l’affaire de l’arroseur arrosé puisque ce rapprochement entre les dates des deux scrutins (parfois appelé inversion du calendrier) est le fruit d’un accord tacite entre UMP et PS.

A noter d’ailleurs que le résultat du PS est également inférieur à celui obtenu par B. Hamon au 1er tour de la présidentielle (674 voix et 6,72%) avec ce bémol que EELV soutenait alors B. Hamon.

Le meilleur résultat du PS est celui du BV St Exupéry (Grandes Terres) avec 5,9%, le plus mauvais résultat est celui de la bibliothèque P. Bourdan avec 2,3%.

Votes LR



arton19666-4cd48.jpgEn 2012 le candidat UMP avait obtenu 3 318 voix et 44,70% alors qu’il était concurrencé à droite par d’autres candidats. En 2017 le candidat LR (M. Fournier) obtient 1 546 voix et 21,97% soit – 1 772 voix et – 22,73%.

Le résultat de Fillon à la présidentielle était de 3 196 voix et 31,88%. Le résultat du candidat LR à la législative est donc inférieur de - 1 650 voix et - 9,91%.

Une bonne partie des électeurs UMP sont manifestement allés rejoindre les rangs de LRM, au 1er tour de la présidentielle comme, de manière amplifiée, au 1er tour de la législative.

Le meilleur résultat LR est celui du BV Espace Malraux avec 29,6%, le plus faible est celui de l’école Ramon (Grandes Terres) avec 12,3%.

Votes LRM

arton19983-f52b0.jpgComme déjà annoncé, LRM, avec 3 493 voix et 49,63%, a en quelque sorte rassemblé une partie importante des électeurs qui s’étaient portés sur le PS en 2012 et dans une moindre mesure, mais cependant importante, une partie des électeurs UMP.

Le résultat d’E. Macron à la présidentielle était de 3 415 voix et 34,06%. En nombre de voix le résultat ne bouge pratiquement pas (- 78 voix) mais il progresse évidemment beaucoup en pourcentage soit + 15,57%.

Le meilleur résultat de LRM est celui du BV Champ des Oiseaux avec 52,2% et le plus faible celui du BV R. Gilles avec 44,5%.

Conclusion

Le combat continue !

Le_combat_continue.JPG

1er_tout_l_g_2017_4_me_circ.JPG

 

Je voterai « blanc »

vote_blanc.JPGLe 1er tour a qualifié 2 candidats pour le 2ème tour. Ce sont sans surprise M. G. Fournier (Les Républicains) et Mme M. Lebec (La République en Marche).

Je n’ai pas d’autre choix possible et donc, sans hésitation, je voterai « blanc » en ne glissant aucun bulletin dans l’enveloppe. On peut aussi confectionner soi-même un bulletin blanc et le glisser dans l’enveloppe. Le code électoral considère que l’un ou l’autre de ces deux gestes sont des votes « blancs ».

Certes les votes « blancs » ne sont pas inclus dans les votes exprimés mais, depuis quelques années, ils sont distingués des votes « nuls » et indiquent donc une volonté politique assumée.

Au passage je résume mon point de vue sur le système institutionnel de la Vème République:

A bas l’élection du Président de la République au suffrage universel !

Vive l’élection d’une Assemblée (vraiment) Nationale à la proportionnelle !

 

1er tour de la législative à Marly-le-Roi

Cliquer sur le tableau pour l'agrandir

1er_tour_l_gislatiove_2017.JPG

Mes commentaires perso mercredi

 

VOTEZ !

vote__2_.jpg

 

.

agglo.JPG

.

.

.

.

.

..

Je suis tombé par hasard sur ce numéro d' "Agglo Citoyenne" bulletin du groupe PCF-Front de Gauche de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est consacré à la santé avec plusieurs articles bien documentés sur la situation dans cette intercommunalité qui rassemble une douzaine de communes. En lisant l’édito j’ai été alerté par la référence à Georges Canguilhem. Georges Canguilhem dont je vous rappelle qu’il fut un (très) important philosophe (épistémologue) de la santé.

Georges Canguilhem est décédé à Marly en 1995 après y avoir vécu de nombreuses années.

J’ai souvent regretté (cliquer ici) le silence du Conseil municipal sur cette personnalité (très) importante de notre commune. Pourquoi ce silence ? Ignorance ? Hostilité politique bien que G. Canguilhem n’ait jamais été membre du PCF ? Sans doute un peu des deux à la fois (*).

En tout cas bravo à « Agglo Citoyenne » de saluer la personnalité de Georges Canguilhem !

200910230007_w350.jpg

.

(*) En revanche, M. Perrot s’est empressé de baptiser un square de la ville du nom de Pompidou au motif que ce dernier avait fréquenté les restaurants de Marly…

 

L'importance du vote du 11 juin

Voyons de manière réaliste la situation politique de notre 4ème circonscription.

Je rappelle qu’elle a élu et réélu durant 6 mandats successifs un homme de droite, confortablement installé dans une circonscription taillée sur mesure. Merci M. Pasqua !

M. Lequiller, ex UDF devenu UMP puis « Les Républicains » tendance Sarkoziste, était encore récemment candidat à un septième mandat. Entre nous, vivement la suppression du cumul des mandats dans la durée ! Mais M. Lequiller y a cependant renoncé après quelques hésitations ou tractations, et ce au profit de son alter ego M. Fournier.

Ci-dessous, pour illustrer mon propos, les résultats des élections présidentielles à l’échelle de notre 4ème circonscription, ceci en % des votes exprimés.

1er tour

- Arthaud : 0,28%

- Asselineau : 0,89%

- Cheminade : 0,15%

- Dupont Aignan 3,79%

- Fillon : 30,34%

- Hamon : 6,47%

- Lassalle : 0,63%

- Le Pen : 9,31%

- Macron : 33,73 %

- Mélenchon : 13,85%

- Poutou : 0,55%

2ème tour

- Macron : 83,3%

- Le Pen : 16,7%

Je vous rappelle d’abord la règle des législatives.

Au 1er tour est élu celui des candidats qui a obtenu la majorité absolue de 50% des suffrages exprimés et au moins 25% des électeurs inscrits.

Si aucun candidat ne réunit ces conditions seuls sont admis à se présenter au 2ème tour les candidats qui ont obtenu au moins 12,5% des inscrits soit, sur la base de la participation de 2012, au moins 20% des suffrages exprimés. Si aucun candidat ne réunit ces conditions ou s’il s’agit d’un seul candidat, sont admis à se présenter les 2 candidats arrivés en tête même s’ils n’ont pas franchi le couperet des 12,5%. Entre nous vivement l’élection d’une assemblée nationale à la proportionnelle !

Au vu des résultats des présidentielles on peut à mon avis résumer, sans crainte de se tromper, la situation comme suit.

Il n’y a pas de danger FN dans notre 4ème circonscription

Six candidats s’inscrivant peu ou prou à gauche de l’échiquier politique se présentent ce qui rend définitivement impossible la qualification d’un seul d’entre eux. Mieux vaut voir les choses en face !

A noter que des accords de 1er tour ont été conclus entre le PCF, le PS (tendance Hamon) et EELV dans 3 circonscriptions des Yvelines où chacun de ces trois partis aura un(e) candidat(e) titulaire. C’est le cas chez nos voisins de la 6ème circonscription (St Germain-en-Laye) ou la candidate titulaire est membre du PCF et sa suppléante membre du PS. Quant au parti de J-L Mélenchon (LFI), il entend jouer cavalier seul partout en France, sauf cas très exceptionnels.

Le 2ème tour est donc promis dans notre circonscription à l’un des candidats « Les Républicains » ou « Les Républicains en Marche ». J’entends déjà votre question: que ferez-vous au 2ème tour ? J’adopte la posture « Mélenchon » lors du 2ème tour de la présidentielle: je sais ce que je ferai mais je ne vous le dirai pas ! Aujourd’hui en tout cas ! A chaque jour suffit sa peine !

be60.gifCar ce qui compte aujourd’hui c’est l’enjeu politique national du 1er tour. Toutes les voix seront comptabilisées et scrutées à l’échelon national. Aucune voix, de ce point de vue, ne sera perdue.

ob_d495e8_dessin-code-w-2.jpgL’élection se déroulera en plein débat sur l’avenir de notre Code du travail. E. Macron et son 1er ministre membre de « Les Républicains » E. Philippe entendent profiter de de la période estivale, c’est classique, pour tenter leur mauvais coup. La loi qu’ils veulent faire passer aux forceps porterait un nouveau coup très grave à notre Code du travail en faisant, par exemple, prévaloir des accords d’entreprise régressifs sur les lois sociales. Ces lois sociales que des générations de travailleurs ont arrachées au prix de tant de combats. Gattaz ne s’y trompe pas qui applaudit à tout rompre.

urne.jpgC’est dire que plus nombreuses seront les voix qui se porteront le 11 juin sur les noms des candidats communistes, mieux les intérêts des salariés seront défendus.

Le système électoral et l'orientation politique de notre circonscription ne doivent pas vous décourager. Le 11 juin ne vous abstenez pas ! Votez utile en votant communiste ! Votez Olivier MEGRET et Florence BIHET

DSC_15602.jpg

Olivier MEGRET

médecin ophtalmologue

Florence BIHET

suppléante

directrice d'école

2017.JPG

 

Voici la liste des candidats titulaires (source Préfecture). J'y ai ajouté, quand elle est connue aujourd'hui, leur étiquette politique.

Marie Lebec (LRM)

Olivier Boinon (ND)

Faustine Huet (LFI)

Marc Bellier (UPR)

Eléonore Vercken

Philippe Clère

Ghislain Fournier (LR)

Aline Samaké

Monika Belala (PS)

Olivier Megret (PCF)

Claire Couegnas (DLF)

Marie-Françoise Darras (EELV)

Nicolas Taupin

Emmanuel Loevenbruck (577 LI)

Franck Maurel (LO)

Marie Josephe Renaudin (FN)

 

Marly et la loi ALUR

il_y_a_de_l__orage_dans_l__air__.jpgLa réunion du Conseil municipal du 15 mai a donné lieu à une bisbille entre le maire et deux élus de sa majorité.

Mon compte-rendu personnel de cette réunion en faisait naturellement état. L’un des protagonistes, M. C. Jarnet, m’a ensuite demandé d’insérer un droit de réponse (cliquer ici).

Tant au cours de la réunion du Conseil que dans la lettre de M. Jarnet il a été question de la loi ALUR (loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové du 26 mars 2014).

Ce qui était au centre de la bisbille du 15 mai c’est une disposition particulière de la loi : la suppression dans les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) des Coefficients d’Occupation des Sols (COS) à quoi s'ajoute la suppression des surfaces minimums de parcelles.

Ces mesures ont en effet pour objectif la lutte contre l’étalement urbain et elles agissent donc en faveur de la densification.

Tout ça nous ramène à la récente révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Marly-le-Roi.

Le projet adopté par le Conseil municipal en mai 2016, avant enquête publique, se devait de respecter la loi ALUR. Cependant plusieurs de ses dispositions ont fait rentrer par la fenêtre une partie des effets du COS qui étaient sortis par la porte. Le règlement du PLU définit ainsi pour les secteurs dits résidentiels (zones UH) des « règles permettant une augmentation modérée des droits à construire suite à la suppression du COS». Il s’agit de règles limitatives des hauteurs de constructions, de l’augmentation des retraits de ces constructions par rapport aux voies ou par rapport aux fonds de parcelle etc.

Les principales zones concernées sont les zones dites UHa et UHb. Dans la précédente mouture du PLU elles étaient définies comme un « habitat pavillonnaire ». Cette définition devient logiquement dans le PLU révisé : « principalement de type pavillonnaire ».

D’ailleurs dans le dossier de révision du PLU on pouvait déjà noter 2 projets s’inscrivant dans cette perspective et situés dans la zone UHb: 35 route de l’Etang-rue de la Sabotte (18 logements sociaux) et 47 route de l’Etang (45 logements dont 15 sociaux).

Les deux nouveaux projets qui ont donné prétexte à l’altercation du 15 mai dernier sont les suivants :

- 57,59, 61 route de l’Etang (zone UHb - COS supprimé 0,25) : 53 logements dont 16 logements locatifs sociaux

- 6 impasse du Haut des Ormes (zone UHa - COS supprimé 0,40) : 24 logements dont 6 logements sociaux

A noter qu’une autre demande de permis de construire a été déposée précédemment sur un terrain situé rue du Champ des Oiseaux (une quarantaine de logements dont 25% de logements sociaux). Cette demande, dont je ne connais pas le sort, a provoqué également des réactions hostiles.

be60.gifLa loi ALUR, en quelque sorte traduite ou interprétée dans notre PLU, a donc eu néanmoins un effet rapide sur les projets de construction privée dans notre ville. L’augmentation sensible des droits à construire, source d’augmentation du prix du foncier, y est sans doute pour quelque chose. Il faut cependant s’en féliciter tant la demande de logements est pressante en Île-de-France notamment en matière de logements sociaux.

L’hostilité manifestée par Messieurs C. Jarnet et M. Mennessier s’exprime tardivement puisque tous deux ont voté à chaque étape en faveur du PLU révisé.

Lors de la présentation initiale du projet de révision le groupe Marly-à-Venir avait voté en sa faveur considérant qu'il offrait la perspective d'un progrès sensible dans la construction de logements sociaux soit environ 500 logements dont 300 sociaux à l'horizon 2030. En décembre 2016 deux élues du groupe ont en revanche voté contre le projet final en considérant qu'il ne prenait pas en compte notre proposition d'acquisition de logements disséminés dans la ville afin de les louer aux jeunes et aux familles modestes de Marly. Dans ce vote hostile rien à voir donc avec la loi ALUR.

Ci-dessous la carte des différentes zones. Malheureusement je n'ai pas su y flécher les opérations de la route de l'Etang et de l'impasse du Haut des Ormes. Il faut bien le dire, par manque de technique. Débrouillez-vous tout seuls !

Vous pouvez également, pour en savoir plus, vous rendre sur le site de la mairie en cliquant ici. Cliquer ensuite sur "cadre de vie et économie" puis sur "révision du PLU" puis sur ce que vous voulez...Attention, le document est copieux et sa lecture un peu ardue.

.

.

UHa_UHb.JPG

.

 

DSC_15602.jpg

Olivier MEGRET

médecin ophtalmologue

suppléante

Florence BIHET LABLANCHE

directrice d'école

2017.JPG

 

Droit de réponse

Dans mon billet précédent j’ai fait état de l’altercation entre Messieurs Perrot, Mennessier et Jarnet qui a surgi de manière inattendue lors de la réunion du Conseil municipal du 15 mai.

M. Jarnet m’a transmis le message ci-dessous que je publie bien volontiers.

Il est vrai que M. Jarnet a tenu un rôle mineur dans cette querelle conclue par le vote d’abstention des deux conseillers municipaux de la majorité.

S’agissant de la question de l’accueil des réfugiés qui est intervenue de manière surprenante au milieu de la controverse, vous pouvez vous référer à mes différents billets sur la question (cliquer ici).

Je reviendrai plus tard sur les effets de la loi ALUR.

Cliquer sur le texte pour l’agrandir.

droit_de_r_ponse_M._Jarnet.JPG

 

Réunion du Conseil municipal du 15 mai

Cette réunion était en partie consacrée à plusieurs sujets de caractère courant: conventions de groupements de commande avec d’autres entités, organisation du travail du personnel (astreintes, régime indemnitaire), règlement intérieur de la Commission d’Appel d’Offres (CAO). Je ne m’y attarderai pas. Au demeurant le groupe Marly-à-Venir a voté en faveur de la totalité des délibérations. Les seuls votes à tonalité défavorable sont venus de 2 élus de la majorité de droite qui se sont abstenus sur les délibérations relatives à deux projets d’opération immobilière. (lire plus loin).

. .

TARIFS DES SERVICES MUNICIPAUX

.

Ces dernières années les prix des tarifs publics communaux ont progressé plus vite que l’inflation. Celle-ci, mesurée par l’INSEE, a été de 0% en 2015 et de 0,2% en 2016 alors que nos tarifs publics locaux à la rentrée de septembre 2016 ont en général progressé de 2%. Ceci à l’exception des prix des restaurants scolaires et des études du soir qui sont restés stables.

En mai 2016, notre groupe - j’étais encore conseiller municipal - avait cependant voté en faveur de ces nouveaux tarifs en vertu d’un troc étrange intervenu en cours de réunion du Conseil. Le maire avait en effet proposé d’échanger l’abandon de l’augmentation colossale des tarifs de l’Ecole Municipale des Sports (EMS) qu’il envisageait (+ 20%) contre notre vote en faveur de l’ensemble des tarifs locaux. Nous avons donc finalement échangé ce vote hostile symbolique contre un avantage significatif pour les familles des jeunes de l’EMS. Tant mieux pour ces familles, tant pis pour le symbole.

On s’accorde en général sur une prévision d’inflation d’environ 1% en 2017. Avec 0,7% en moyenne les augmentations de tarifs votées par le Conseil ce 15 mai sont donc légèrement en deçà de la prévision d’inflation.

Voici les principaux tarifs.

.

Tarifs de la piscine

.

.

piscine.JPGCes tarifs augmentent de +0% à +1%

Ci-dessous la grille applicable à compter du 1er septembre 2017

tarifs_piscine_2017.JPG

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

. .

.

.

Tarifs de l’Ecole Municipale des Sports (EMS)

.

Ces tarifs ci-dessous pour 2017-2018 augmentent de 3%. Ils n’avaient pas été augmentés l’an dernier à la suite du débat précité en Conseil municipal.

tarifs_EMS.JPG

.

Tarifs de la restauration scolaire

.

Ces tarifs ci-dessous augmentent de 0,5% à partir de septembre prochain. Les tranches de quotient familial augmentent également de 0,5%.

tarifs_restauration_2017.JPG

.

Tarifs du Conservatoire

.

Ces tarifs ci-dessous augmentent d’environ 1% à partir de septembre. Les tranches de quotient familial à l’instar de celles relatives à la restauration scolaire (même grille) augmentent de 0,5%.

tarifs_conservatoire_2017.JPG

. .

. .

Tarifs des activités Pôle Jeunesse

.

Ces tarifs ci-dessous augmentent de 1%.

tarif_P_le_jeunesse_2017.JPG

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

. .

.

.

.

.

.

.

. .

TARIFS DU CINEMA FONTENELLE

.

fa_ade_cin_ma.jpgLe contrat de Délégation de Service Public (DSP) stipule que notre délégataire, la société CINEODE, doit faire approuver toute révision de ses tarifs par le Conseil municipal. Les tarifs actuels ne sont d’ailleurs pas modifiés (+0%) mais de nouveaux tarifs relatifs aux retransmissions de théâtre font leur apparition.

L’échéance du contrat avec CINEODE (durée 5 ans) est fixée à septembre 2018.

Voici la grille de tarifs à compter du 16 mai 2017 :

tarifs_cin__2017.JPG

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

DEUX NOUVEAUX PROJETS DE LOGEMENTS COLLECTIFS

.

Le Conseil municipal a approuvé deux projets de convention avec des promoteurs qui ont déposé des demandes de permis de construire toujours en cours d’instruction.. Ces sociétés doivent s’engager à prendre en charge l’extension du réseau électrique permettant d’alimenter les nouveaux immeubles (17 174 € dans un cas, 10 074 € dans l’autre).

Ces deux opérations n’avaient pas été ciblées lors de la révision du P.L.U. l’an dernier. Il est cependant hautement probable qu’elles sont conformes aux règles du P.L.U. sinon pourquoi présenter au vote des délibérations accessoires des permis de construire ?

Voici les 2 opérations :

- ALTAREA COGEDIM IDF

Cette opération de 53 logements (R+2 sur un niveau de parking) dont 16 logements locatifs sociaux, est située 57-59-61 route de l’Etang, A ne pas confondre avec deux autres opérations sur la même route de l’Etang qui, elles, ont été pointées dans le dossier de révision du P.L.U. (35 et 47 route de l’Etang).

- SCI Le Haut des Ormes

Cette opération de 24 logements, dont 6 logements locatifs sociaux, est située sur un terrain jouxtant l’impasse du Haut des Ormes.

.

BISBILLE A DROITE

.

Les deux projets de délibération précédents portaient à priori sur des sujets mineurs mais ont cependant fait l’objet d’une bisbille entre d'une part le maire et d'autre part 2 conseillers municipaux de sa majorité, Messieurs Mennessier et Jarnet.

Le fond de l’affaire n’était évidemment pas la prise en charge de l’extension du réseau électrique mais portait en réalité sur l’attribution des permis de construire eux-mêmes.

altercation.JPGM. Perrot avait préalablement prudemment tenté de déminer le débat en précisant que le vote des deux délibérations ne valait pas accord sur le permis de construire dont je rappelle d'ailleurs que son octroi est la prérogative du seul maire. Cette présentation, il faut bien le dire un peu sinueuse, n’a pas désarmé ses adversaires qui ont engagé une polémique d’où ont surgi l’accusation de « bétonnage », la « défense des zones pavillonnaires », « la spirale infernale de la densification », les « riverains floués », et même les positions des contradicteurs sur l’accueil des réfugiés à Louveciennes etc. etc.

M. Perrot s'est appuyé sur la défense du droit de propriété qui autorise un propriétaire à construire dès lors que la réglementation ne l'interdit pas.

Finalement, les deux contradicteurs se sont abstenus sur les 2 délibérations, lesquelles ont donc été adoptées à l’unanimité par le Conseil municipal.

Qu’est-ce que je retiens de ce qui a ressemblé plus à une altercation qu’à un débat toujours utile dans une assemblée ? Clairement la manifestation de profonds désaccords au sein de la majorité municipale sur l'aménagement de la ville. Ces désaccords vont-ils au-delà des deux contradicteurs de ce lundi soir ? Je n’en sais rien puisque aucun autre conseiller municipal n’a pris part à la querelle.

.

INDEMNITES DE FONCTION DU MAIRE ET DES ADJOINTS

.

Il s’agissait d’actualiser une délibération de 2014 pour tenir compte d’une modification des textes qui régissent les indemnités de fonction.

Le maire et les maire-adjoints perçoivent une indemnité mensuelle calculée en pourcentage d’un indice dit « indice brut terminal de l’échelle indiciaire de la fonction publique ».

Cette indemnité dépend également de la strate démographique dans laquelle se situe la commune soit pour Marly : 10 000 à 19 999 habitants.

Le maire perçoit ainsi 65% de l’indice précité et chacun(e) des adjoint(e)s 27,5%.

J’entends votre question, ça fait combien ?

Pour le maire cela correspond en 2017 à une indemnité mensuelle de 2 515,93 € et pour chacun(e) des adjoint(e)s 1 064,43 €. Il s’agit de montants bruts desquels il faut déduire, comme tout un chacun, les cotisations sociales, de retraite et de CSG. Ces indemnités sont également soumises à l’impôt sur le revenu. Elles peuvent être cumulées, le cas échéant, avec des indemnités perçues au titre de l’intercommunalité.

Dans une autre vie, j’ai été maire adjoint durant une douzaine d’années et, à ce titre, je perçois aujourd’hui une pension de retraite trimestrielle de 180,82 €.

.

RECHARGES POUR VEHICULES ELECTRIQUES

.

Le Syndicat d’Energie des Yvelines (SEY) est un syndicat intercommunal qui rassemble de nombreuses communes du département. Il est financé par ERDF (électricité) et par GRDF (gaz) et ne fait pas appel à l’impôt. Finalement ce sont les usagers, à travers leurs factures, qui assurent ce financement.

Le SEY a décidé de développer les infrastructures de recharge pour véhicules électriques et hybrides. A cet effet le syndicat intercommunal a décidé de créer un groupement de commandes auquel les villes du département sont appelées à participer. Ce que le Conseil municipal de Marly a accepté en sollicitant parallèlement des subventions de l’ADEME et de la Région IDF.

.

MEDAILLES D’HONNEUR DE LA VILLE

.

Elles ont été décernées par le Conseil à :

- Benoît FAURE

- Claude PHILIPPE

- Corinne et Gaël WOLBER

- Mireille BARBARA

 

Publication de vos commentaires

J'ai, depuis plusieurs années bloqué les commentaires sur mon blog. Pourquoi ? Parce que mon site était victime d'attaques malveillantes sous la forme, parfois, de plusieurs dizaines de commentaires quotidiens, tous en anglais, et d'ailleurs sans signification sérieuse.

D_battons__.jpgDepuis quelque temps j'ai remis en service la publication des commentaires. Les messages malveillants ont cessé.

Vous pouvez donc faire connaître vos opinions à chacun. N'hésitez pas !

 

On parle (avec humour) de Marly dans l'Huma d'aujourd'hui.

Sire_Marly_.JPG

 

COMMUNNIQUE DE PRESSE DE P. LAURENT (10 mai)

Pierre_Laurent.JPGDans un communiqué publié hier soir, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, annonce la rupture unilatérale par la France insoumise des discussions entre nos deux formations politiques. Cette rupture, ni moi, ni la direction du PCF, ne l’avons ni décidé, ni souhaité. Ceux qui affirment le contraire mentent et cherchent à se dédouaner de leurs responsabilités.

Hier encore, devant le risque que je sentais grandir, j’ai lancé un nouvel appel, le troisième en quinze jours, pour que nos discussions aboutissent sans délai à un accord large et national permettant d’aller ensemble à la bataille des élections législatives avec une candidature commune dans le maximum de circonscriptions. Je sentais grandir le risque puisque nos interlocuteurs écartaient depuis déjà dix jours toute possibilité d’un accord national qui n’aurait pas lieu sous la tutelle unique de la France insoumise, poussant ainsi à la multiplicité des candidatures issues des diverses forces ayant soutenu Jean-Luc Mélenchon, et à la division des électeurs réunis par son bulletin de vote le 23 avril. Depuis, nous en étions réduits à des discussions rabougries comme peau de chagrin, concernant une poignée de circonscriptions, 26 exactement sur 577 lors de la dernière discussion de lundi. Nous les poursuivions tout de même, avec la volonté d’aboutir à un accord pourtant insuffisant mais dont nous espérions qu’il envoie un signal unitaire positif. Le communiqué de France insoumise rompt cette dernière discussion. C’est irresponsable.

Les élections législatives s’annoncent en effet cruciales. Si Emmanuel Macron a été élu, la majorité parlementaire n’est acquise pour personne. Nous pouvons donc la disputer aux forces du libéralisme et de l’extrême-droite, fort des sept millions et demi de voix recueillies par Jean-Luc Mélenchon le 23 avril. Nous pouvons ensemble empêcher Emmanuel Macron d’avoir les mains libres pour casser le Code du travail, nous pouvons battre ses candidats et ceux la droite dans de très nombreuses circonscriptions, barrer la route à l’entrée massive de députés Front national au Parlement après avoir barré la route de l’Elysée à Marine Le Pen. La meilleure chance de victoire que nous pouvons nous donner, c’est l’union maximale des forces qui ont permis le résultat du 23 avril, en conjugant leurs forces, tout en respectant leurs différences. C’est cette méthode que nous n’avons cessé de proposer pour les élections législatives, en rassemblant tous nos candidats sous une bannière commune respectueuse de tous, membres ou non de la France insoumise. Pourquoi refuser cette proposition de bon sens ?

Je regrette profondément le refus des dirigeants nationaux de France insoumise, qui privilégient manifestement sans le dire un intérêt de recomposition partisane à la possibilité d’une ample victoire les 11 et 18 juin prochains. Ce choix est périlleux pour la défense des intérêts populaires. Mais rien ne nous détournera du cap choisi. Je renouvelle mon appel, car l’union des forces capables de reconstruire une gauche nouvelle, profondément réinventée comme nous avons commencé à le faire avec le Front de gauche puis dans cette année 2017, n’est pas un choix de circonstance électorale, c’est un choix de fond et durable. Et je demande aux candidats que nous avons investi d’entrer en campagne partout, en maintenant la main tendue et ouverte à tout accord qui permettra localement ou nationalement de dépasser cette situation.

Notre ligne de conduite reste la même. Nous avons voté Jean-Luc Mélenchon pour ouvrir la voie à un nouvel espoir. Après avoir battu Marine Le Pen, conscient des combats qui nous attendent face à Emmanuel Macron, nous voulons aujourd’hui concrétiser cet espoir et cette force dans les élections législatives en rassemblant le maximum de voix et de forces à gauche , et en faisant élire le maximum de députés qui les porteront dans les combats à venir. Nos candidates et candidats, issus dans toute la France du monde du travail, travailleront à faire entrer cette force populaire à l’Assemblée nationale.

C’est sur ces bases que je lancerai demain à 19 h au gymnase Japy à Paris la campagne nationale de nos candidats pour les élections législatives.

Pierre Laurent Secrétaire national du PCF

 

Vous êtes avertis !

M. Lequiller nous annonce qu’il a « mûrement réfléchi » et qu’il a décidé de ne pas se présenter à la prochaine élection législative dans notre 4ème circonscription. Il était pourtant encore candidat il y a quelques semaines. Bof !

Il rappelle qu’il est député sans discontinuité depuis 1988. Près de 30 ans, c’est en effet beaucoup ! (*). Ce cumul peinard de mandats sur de longues durées n’est pas acceptable. Le programme du P.C.F. propose d’ailleurs une stricte limitation non seulement du cumul mais aussi du renouvellement des mandats..

M. Lequiller nous annonce que c’est G. Fournier qui le remplacera à l’élection du 11 juin.

M. Fournier est maire de Chatou et, vous l’avez peut-être oublié, il est également conseiller départemental (on disait naguère conseiller général) de notre canton. Il est d’ailleurs vice-président de ce Conseil départemental monocolore.

CartonRouge.jpgDurant la campagne des élections au Conseil départemental de 2015 - j’étais également candidat - il n’avait soufflé mot des impôts départementaux. Et pour cause, le Conseil départemental, dont il est un vice-président, les a augmentés de 66% dès la première année ! Pas plus qu’il n’avait annoncé les mesures relatives à la petite enfance et à la famille qui ont conduit à la fermeture, l’an dernier, de notre Centre de Protection Maternelle et Infantile (PMI) et de Planification Familiale à Marly ! A ma connaissance il ne s'en est d'ailleurs pas justifié.

M. Lequiller le confirme:« M. Fournier portera les valeurs de la droite et du centre ». Vous êtes avertis !

(*) Vous l'avez peut-être oublié, M. Lequiller est par ailleurs conseiller régional depuis 2015

 

Le 2ème tour à Marly-le-Roi

Pr_s__2_me_tour_2017.JPG

Avec 83,80 % des suffrages exprimés E. Macron l’emporte largement à Marly, avec un résultat nettement supérieur au résultat national (66%). Ce qui était d’ailleurs prévisible au vu des résultats du 1er tour.

Taux de participation

De 83,99% au 1er tour le taux de participation tombe à 79,22% au 2ème tour (- 4,77%) tout en restant supérieur au taux de participation national (74 ,56%). Le bureau de vote où on a le plus voté est celui de l’Espace Malraux avec 83,09%. Celui où on a le moins voté est celui de l’école maternelle César Geoffray avec 76,3%.

Progression de l’abstention et des votes nuls et blancs

Les pourcentages des votes nuls ou blancs indiqués sur le tableau ci-dessus ne reflètent qu’imparfaitement la réalité puisque ces votes sont rapportés au nombre d'électeurs inscrits. Mieux vaut les rapporter au nombre plus significatif des électeurs votants.

Du coup le pourcentage global des votes nuls devient 1,50% (et non 1,2%) et le pourcentage global des votes blancs devient 7,14% (et non 5,66%) soit un pourcentage total des votes blancs et nuls égal à 8,64% du nombre de votants.

Le bureau où on constate le plus grand nombre de votes blancs ou nuls est celui de l’école maternelle Ramon (Grandes Terres) avec 9,82% et celui où il est le plus faible est le bureau de l’Espace Malraux avec 6,83 %. Or le bureau Ramon est celui où on a voté le plus pour J-L Mélenchon au premier tour (18,7%) et le moins pour Fillon (21%). Celui de l’Espace Malraux est celui où on a voté le moins pour J-L Mélenchon (6,1%) et le plus pour F. Fillon (40,6%).

Sans prendre de grands risques on peut donc deviner que l’abstention et le vote blanc ou nul ont été plus importants chez les électeurs du 1er tour de J-L Mélenchon que chez ceux de F. Fillon.

La progression de l’abstention « politique » entre les 2 tours est de + 579, la progression du nombre de votes blancs et nuls « politiques » entre les 2 tours est de + 666. Soit au total + 1 245 inscrits et 10,3% des inscrits.

Votes M. Le Pen / E. Macron

M. Le Pen obtient globalement 1 422 voix et 16,20% contre 853 voix et 8,51% au 1er tour soit + 569 voix et + 7,69%. On ne négligera pas le fait que N. Dupont Aignan a entre-temps rallié la candidature de M. Le Pen. Or il avait obtenu 399 voix et 3,98% au 1er tour. La progression du Front National a été contenue à Marly, même si on ne peut évidemment pas s’en satisfaire.

E. Macron obtient globalement 7 358 voix et 83,80% contre 3 415 voix et 34,06% au 1er tour soit + 3 943 voix et + 49,74%. Cette progression considérable a des origines contradictoires.

Une partie des électeurs de F. Fillon n’avaient manifestement pas d’objections importantes sur le contenu du programme économique et social d’E Macron. Voter Macron ne leur a donc pas demandé un effort très important. Il en va différemment de ceux qui, comme moi, instruits par l’histoire, ont voté E. Macron pour réduire, autant que faire que se peut, l’influence du Front National. Et qui n’ont pas écrit un signe d’égalité entre « la peste et le choléra ». Ces électeurs n’ont donc d’aucune manière soutenu la ligne social-libérale d’E. Macron.

Le Front National obtient son meilleur résultat à l’école Raymond Gilles avec 22,93%, ce qui correspond évidemment au plus faible résultat d’E Macron avec 77,06%. Et le Front National obtient son plus faible résultat à l’école maternelle César Geoffray avec 12,16%, E. Macron obtenant donc dans ce bureau 87,83% des suffrages exprimés.

Et maintenant ?

De nouveaux combats nous attendent contre la politique d’E. Macron et celle du gouvernement dont il désignera le 1er ministre dans quelques jours. Et on mesure l’importance grandissime des élections législatives des 11 et 18 juin. J’espère, comme beaucoup d’entre vous, que les forces qui ont soutenu la candidature de J-L Mélenchon mais aussi celles qui ont soutenu la candidature de B. Hamon en rejetant les orientations social-libérales à la mode Hollande-Vals, j’espère donc que ces forces politiques s’entendront sur la base d’ orientations progressistes, sociales et démocratiques. contre la politique d’E. Macron et contre celle, menaçante, du Front National. Elles devraient d’ailleurs y être encouragées par le système électoral du genre « couperet » qui préside aux législatives (*).

Pierre_Laurent.JPGLire à ce sujet la déclaration de Pierre Laurent après l’annonce des résultats (cliquer ici).

.

.

P. Lequiller ne serait plus candidat?

Je me fais l’écho d’une rumeur au sujet de la candidature de P. Lequiller dans notre 4ème circonscription des Yvelines. P. Lequiller (Les Républicains) ne serait plus candidat. Ce serait à sa place M. G. Fournier (Les Républicains) actuel maire de Chatou et conseiller départemental de notre canton. A confirmer.

.

(*) Au 1er tour est élu(e) le ou la candidat(e) qui a obtenu au moins 50% des exprimés et 25% des inscrits

Si aucun(e) candidat(e) n’a réuni ces conditions il y a un 2ème tour où sont admis à se présenter les 2 premiers arrivés en tête au 1er tour plus, le cas échéant, celles ou ceux qui ont obtenu au moins 12,5% des inscrits

Un_nouveau_combat_commence.JPG

 

2ème tour de la Présidentielle à Marly

Ci-dessous les résultats de ce 2ème tour à Marly et pour mémoire ceux du 1er tour. Mes commentaires perso mardi.

.

Cliquer sur les tableaux pour les agrandir

Pr_s__2_me_tour_2017.JPG

r_sultats__lection_pr_s_1er_tour_2017.JPG

 

Je ne m’intéresse pas d’habitude à ce qu’on appelle les faits divers, et bien qu’ils nous en apprennent souvent beaucoup sur l’état de notre société, mais ce titre d’un article du journal « Le Parisien » du 5 mai et la lecture de l’article d’Aurélie Foulon m’ont frappés, touchés et pour tout dire choqués.

Il est indiqué que Jeff a été expulsé fin mars, c'est-à-dire à la fin de la trêve hivernale. Présence d'un huissier ? Avec le concours de la force publique ? Accompagnement des services sociaux ? Solution de relogement proposée ? Autant de questions qui méritent des réponses.

En tout cas cet évènement douloureux nous rappelle que la question du logement n’est pas un simple sujet de débat académique. Elle touche au cœur de ce que le jargon d’aujourd’hui appelle le « vivre ensemble » dans notre pays.

Jeff_1.JPG

Jeff_2.JPG

Jeff_3.JPG

 

La une de l'Huma de ce jour

unehq_2017_05_05.png

 

Vous faites quoi ce dimanche ?

Vu dans l'huma d'aujourd'hui

la_meste_ou_le_chol_ra.JPG

- page 1 de 31